• Le donjon

    Le donjon de Brumécorce est fait de pierre, mais il ne fait pas plusieurs étages : un vieux bâtiment plat, comportant les chambres des différents membres de la famille noble, un laboratoire, des cuisines, un garde manger et une pièce polyvalente... rien de particulier en bref.

    les chambres

    le laboratoire

    les cuisines

    le garde-manger

    la grande salle


  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Mars 2017 à 12:41

    La femme rousse guida Alex et Leya dans le donjon.

    - Je suis servante ici, expliqua-t-elle, je connais bien les lieux, et c'est pour ça que les gardes on bien voulu me laisser passer... ha, nous arrivons.

    En effet, ils arrivaient dans une partie du donjon assez bien décorée, et les portes qui s'alignaient à gauche semblaient pour la plupart fermée à clés : c'était les chambres de la famille Boiscendré ou celles de leurs éventuels invités (bien qu'ils aient rarement d'invité de marque).

    2
    Samedi 4 Mars 2017 à 12:46

    Alex allait répondre mais il observa la pièce et les portes, il ne voulait pas faire la discutions a cette dame, il avait d'autre préoccupations pour le coup

    3
    Samedi 4 Mars 2017 à 12:48

    Elle ouvrit l'une des portes qui, apparemment, était ouverte. Elle n'était pas différente des autres mais elle entra à l'intérieur sans hésitation (bon bah... suite dans les chambre du coup)

    4
    Samedi 4 Mars 2017 à 12:51

    Alex rentra (OK)

    5
    Dimanche 5 Mars 2017 à 20:56

    Alx revint, il parlementa avec les gardes, en disant qu'il était accompagner de la servante avec une fille mal en point dans les bras, qu'il était accompagner d'une amie qu'il avait ramener mais qu'il n'avait pas pus avant car il s'occupait de Leya et tout et tout

    6
    Dimanche 5 Mars 2017 à 20:58

    Les gardes hésitèrent un peu, mais l'un d'eux qui se souvenait de lui accepta de le laisser passer.

    7
    Dimanche 5 Mars 2017 à 21:00

    Il passa donc avec ester (dans les chambressssss)

    8
    Dimanche 5 Mars 2017 à 21:00

    (ouiiiii)

    9
    Samedi 15 Juillet 2017 à 16:50

    Jimmy : *sort une bombe puante de sa sacoche et la jette pour distraire les guardes, en s'eforçant de ne pas être découvert par la trajectoire de la bombe *

    10
    Samedi 15 Juillet 2017 à 16:53

    (sûr que c'est vraiment la technique la plus simple ?)

    Les gardes du donjon s'affolèrent, ne comprenant pas d'où venait le projectile.

    - Attention ! On attaque le donjon !

    11
    Samedi 15 Juillet 2017 à 18:01

    (je pars chez des amis de mes parents, à toute !)

    12
    Samedi 15 Juillet 2017 à 19:46

    (d'accord, hé bien salut !)

    13
    Dimanche 16 Juillet 2017 à 23:16

    (tu continues ?)

    14
    Dimanche 16 Juillet 2017 à 23:26

    Jimmy attendait pour un moment où les guardes seraient suffisment distraits pour entrer dans la château

    15
    Dimanche 16 Juillet 2017 à 23:28

    Des deux gardes postés devant la porte du donjon, l'un était partis chercher du renfort à la caserne, et l'autre cherchait frénétiquement d'où pouvait venir l'attaque. Pour l'instant, il ne regardait pas du côté de Jimmy.

    16
    Dimanche 16 Juillet 2017 à 23:50

    Jimmy lança un autre projectile : une petite balle à peine visible qui aterrisait avec un son qui ressemblait à 'A L'aide !'

    17
    Dimanche 16 Juillet 2017 à 23:52

    En entendant ça, le garde restant se précipita par réflexe de ce côté là, délaissant momentanément son poste.

    18
    Dimanche 16 Juillet 2017 à 23:56

    Jimmy entra dans le château et se cacha derrière un rideau pour se changer en en déguisement de servant.

    19
    Lundi 17 Juillet 2017 à 00:07

    (c'était pas plus simple de se déguiser avant d'entrer et d'éviter de faire tout ce bazar ?)

    Peu de temps après, le premier garde rappliqua avec plusieurs autres soldat, dont quelques archers. Le deuxième, qui n'avait toujours pas comprit d'où avait pu venir l'appel, rejoignit ses compagnons et raconta ce qui lui était arrivé.

    - On doit avoir affaire à un mage... râla l'un d'eux. Ou à un alchimiste...

    - C'est idiot ! Pourquoi un mage violerait-il les lois d'Ethanor ? Et pourquoi un alchimiste voudrait-il entrer ici ?

    - On s'en fiche ! Cria un troisième. Quelqu'un s'est infiltré dans le donjon, et quelqu'un de dangereux ! Il faut le retrouver avant qu'il ne puisse faire du vilain ! Et protéger en priorité notre seigneur et les personnes importantes de la ville !

    20
    Lundi 17 Juillet 2017 à 00:11

    (bon, chuis nulle en espions médiévals et j'ai pas vu de James Bond, c'est ça le problème de jouer quelqu'un de plus doué que soi même^^)

    Jimmy attendait pour que les gens passent.

    21
    Lundi 17 Juillet 2017 à 00:16

    (moi non plus j'ai pas vu James Bond, t'inquiètes... juste, pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple ? Espion ne veut pas forcément dire hors la loi. Bref, poursuivons...)

    Les gardes commencèrent à fouiller le donjon, et quelques uns s'occupèrent de rester auprès des nobles, leurs expliquant la situation. Toute personne portant des armes se voyait obligé de les remettre aux gardes pour qu'elles soient entreposées dans la caserne (avec possibilité de les récupérer après, bien entendu).

    22
    Lundi 17 Juillet 2017 à 00:21

    (le dégusement était une idée éclair, je ne l'avais pas planifiée, bah, on dit que Jimmy savait que aucun servant n'était sorti donc ce serait louche de voir un servant aparaître comme ça. Et les gardes ne vont pas  le reconnaître)

    Jimmy attendait encore un peu, juste encore un peu. Puis il montta jusqu'à la chambre de Boiscendré (je vais là bas)

    23
    Lundi 17 Juillet 2017 à 00:23

    (boh, les gardes ne connaissent pas tout le monde. Et au pire, il pouvait même s'intégrer pour de vrai... Bon, on s'en fiche, du moment que ça marche...)

    24
    Vendredi 16 Février 2018 à 15:32

    La souris espionne s'introduit en toute facilité dans le donjon. Si petite, elle ne pouvait être remarquer. Surtout encore dans un trous de mur. 

    Lorsque Karl voulu la faire sortir, quelqu'un passa. Il lui ordonna donc de rester planquer jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne. Bon... Passons. Faisant un rapide tour d'horizon, il ne remarqua aucuns escaliers, ce qui allait lui faciliter la tache ! Il fit le tour et compta avec attention le nombre de fenetres, qu'il dessina rapidement sur une nouvelle feuille de son calepin. Puis, par la même occasion, toutes le cheminées. Tout ce qui pouvait avoir un lien avec l'extérieur. 

    Bien. Passons au repérage de toutes les salles du donjon. En toute discrétion évidement. 

    25
    Samedi 7 Avril 2018 à 13:28

    L'heure était venue. Il était temps... Le retour en arrière était maintenant impossible (j'ai oublié de dire dans le texte d'avant que Karl avait ordonné à l'espion servant de prendre de l'argile pour boucher les serrures et empêcher une quelconque clé de passer). 

    Tel une ombre, il rempa jusqu'à une cheminée en dehors du donjon. Son arc était tendu. Connaissant le chemin de ses espions, le jeune homme les repéra, sous le chemin de ronde. 

    Robin tira une corde, dont le bous se bloqua dans un pic. C'est alors que lui et Hull grimèrent. Personne... Les deux espions se faufillèrent alors derrière le donjon, en prenant l'autre côté du chenil. 

    Karl respira... 

    Puis se fut au tour de l'espion, Granbleu et Wood. Seulement, il ne vit que le servant. Où était les deux autres ? Karl n'avait pas le temps de s'en soucier maintenant car l'espion s'avançait à découvert à l'entrée. Gardée par deux soldats. Au début, il se fit arrêter quand soudain, deux masses sautèrent tel des chats de chaque côté. D'un coup de couteau dans le cou, les deux autres espions tuèrent rapidement les gardes. La voix fut libre, il fallait agir vite avant la prochaine ronde. Les trois hommes en contrebas se faufilèrent à l'interieur quand Wood et Granbleu quittèrent l'espion-servant pour passer derrière le donjon d'une discrétion surprenante. Eux aussi évitaient les loups, ou du moins le chenil. 

    Le servant se fit une nouvelle fois arrêté par les deux autres gardes de l'entrée du batiment. Karl vit, dans leur manière d'agir qu'ils n'allaient pas le laisser passer. C'est alors qu'il porta son arc, tira un peu plus avec la main bien sous l'œil, dont un fermer pour mieux viser et enfin, il tira sans plus attendre. Avant même de vérifier la destination de sa flèche, il en encocha une autre et tira tout aussi rapidement. 

    Il vit alors le servant sursauter quand la première flèche se planta dans le crane du soldat et quand l'autre vint crucifier le cou de l'autre soldat. Il le vit respirer et jeter un regard vers le haut de la ville avant d'entrer dans le donjon. Son protéger était au cœur du danger. 

    C'est alors que le jeune homme descendit des toits pour passer dans la voix libre avant de se figer. Un homme, seul, approchait de l'entrée. Karl se cacha alors dans l'angle de la porte et attendit, le souffle coupé. Sa main se glissa dans sa poche pour en extirper son couteau, dont la lame s'éclaira un instant au clair de lune avant de se planter dans la chair de sa victime. Il l'extirpa avant que le corps ne tombe et l'observa s'effondrer. Doucement, il respira à nouveau et reparti. 

    Son dont se développa pour chercher le servant, qu'il trouva sans mal devant la chambre du noble des lieux. 

    Attend. 

    Karl rentra donc dans le donjon et le rejoignit sans trop de mal. Il dut se cacher à droite à gauche de temps en temps. Arrivé devant lui, il chuchota mentalement 

    -Prend ses pierres et va allumé la cheminée. 

    L'espion les prit donc et lui donna les clefs et le tas d'argile. 

    26
    Samedi 7 Avril 2018 à 19:25

    Les cheminées étaient presque toutes bouchées et les fenêtres toutes glacées. 

    Karl et son espion ressortirent sans plus d'encombre en entendant la sonnerie annonçant le roulement de gardes. Ils avaient peu de temps avant de se cacher avant la nouvelle vague

    -Va retrouver ton arc sur le toit du milieu, aucune entrée et sortie du batiment. Ordonna t-il. 

    Le servant parti donc sans d'autres mots alors que le jeune homme se retournait légèrement pour fermer à double tour la porte avant de se faufiler vers l'arrière du donjon et grimper sur le toit. 

    A la fin, il fut issé par le reste de ses coéquipiers et leur passa le message. Aucune entrée, aucune sortie 

    27
    Samedi 7 Avril 2018 à 19:26

    plus le temps, désolé) 

    28
    Samedi 7 Avril 2018 à 21:15

    (Du coup, c'est carrément tout le donjon qu'ils essaient d'enfumer ?)

    29
    Samedi 7 Avril 2018 à 22:33

    (Bah...oui. il va tout tuer la, tout l'intérieur du donjon. Et là famille d'abord. Olala savoir que l'alpha est avec Noah me tue tu peux pas savoir....) 

    30
    Samedi 7 Avril 2018 à 22:45

    (Et moi donc...

    Ça y est alors ? Il peuvent commencer à s'affoler à l'intérieur ? La guerre est vraiment un fléau...)

    31
    Samedi 7 Avril 2018 à 23:05

    (Le monoxyde de carbone étant incolore et indolore ne devrait pas les alerter. En sachant également qu'il n'y a aucun suffoquement.  Des maux de tête, vertige, nausées ou malaise sont les seuls points pouvant alerté. Beaucoup de personnes meurent d'intoxication dans leur sommeil, donc il ne devrait pas y avoir de cri d'alerte et de détresse.  (T'as vu ! J'ai bosser cette annee ^^) sauf si tu veux rendre la scène plus... dramatique... j'ai pas fini avec les ressentis de Karl mais j'aurais le temps dans 5-10 min)

    32
    Samedi 7 Avril 2018 à 23:15

    (Oui, mais le truc c'est qu'il ne s'agit pas d'un chauffage moderne sans fumée, mais d'un feu de cheminée. Donc ce n'est pas tant le monoxyde qui va les tuer, mais carrément la fumée qui ne pourra plus s'échapper correctement. Dans tout les cas, le résultat est le même... En plus "dramatique" tout de même, comme tu dis.)

    33
    Samedi 7 Avril 2018 à 23:25

    (Pas faut,. Il y a donc du monoxyde de carbone et du dioxyde de carbone dans le donjon ? 

    Va pour le dramatique ! Trop bien ! Je veux que Karl les entendent hurler sans qu'ils ne puissent rien faire. Je veux sentir leur âme se déchirer de leur corps. C'est assez dramatique la ?)

    34
    Dimanche 8 Avril 2018 à 08:55

    (Oui, entre autres. Et surtout, il va y avoir de moins en moins de dioxygène...

    Heum... Oui, c'est pas mal niveau dramatique. On se le fait à deux avec plusieurs personnage ou avec un un petit pavé pathétique ? (dans le sens littéraire du terme))

    35
    Dimanche 8 Avril 2018 à 09:53

    (Alors la, s'ils ont une chance de s'en tirer je tire mon chapeau

    àdeux c'est pas mal ? Enfin, un ou deux pavés chacun pour dire ce que fait qui quand ça ? On verra bien, mais je te laisse faire l'intérieur ?)

    36
    Dimanche 8 Avril 2018 à 10:40

    (Voui... A commencer par mon pauvre Noah et son loup cry)

    37
    Dimanche 8 Avril 2018 à 10:53

    (cry

    (Tu fais ici ou dans la chambre ?)

    38
    Dimanche 8 Avril 2018 à 10:55

    (J'ai commencé dans la chambre...)

    39
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:01

    (d'accord, je vais m'y mettre aussi non ? Pour qu'il y ait une coïncidence, au pire je ferais un résumer ici en partant ?) 

    40
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:05

    (Oui, c'est très bien.)

    41
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:10

    (J'allume l'ordi je reviens ! (Et quand je dis ça c'est que je vais m'appliquer ))

    42
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:14

    (Je vois d'avance venir le pavé. Le pavé bien tragique.)

    43
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:20

    (^^ A toi l'honneur ) 

    44
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:22

    (J'avance depuis tout à l'heure mais ça irait déjà plus vite si ma sœur arrêtait de chanter et de venir me déranger dans ma chambre... no)

    45
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:24

    (Ahah, on connaît. Moi ça serait pas ma sœur mais plus mon beau petit frère qui serait du genre comme ça ^^ En plus il veut que je lui dessine un dragon... Il n'arrête pas avec ça. Tient, en t'attendant, je vais continuer à le dessiner) 

    46
    Dimanche 8 Avril 2018 à 11:37

    (Ça y est, c'est fait. Ho, mais c'est sympa ça. Un dragon... je voudrais bien voir ça ^^)

    47
    Dimanche 8 Avril 2018 à 16:17

    Pendant tout le long de l'intoxication, Karl et ses acolytes étaient restés perché sur le toit à regarder en contrebas les soldats et habitants qui se ruaient désespérément vers les portes dans l'espoir d'en ouvrir, au moins une. Mais le noble avait fait un bon travail, ses portes étaient restées bien fermer. 

    Soudainement, un fracas se fit entendre et quelques secondes plus tard, Noah et son loup sautèrent de leur fenêtre. Il ne fallut pas plus d'une seconde à Karl pour décrocher un flèche et en asséner deux au prince. Qui s'effondra au sol, suivit de son loup. 

    Plusieurs flèches avaient filés pour ne laisser personne en vie susceptibles de les avoir vu ou d'avoir vu le corps du prince. Personne ne devait savoir. 

    Puis, Les meurtriers étaient descendu, discret comme des ombres, chercher les corps morts et s'en aller. Karl s'était légèrement entretenu avec son oncle puis avait matérialiser la cause des blessures sur le corps de Noah, puis s'en était allé également. 

    En plein cœur de la nuit, des vies furent retirés du royaume. 

    (voilà pour le petit résumer de ce qu'il s'est passé dans les chambres) 

    48
    Samedi 16 Juin 2018 à 12:02

    Une fois les chevaux laissés entre de bonnes main, l'homme les conduisit à l'intérieur du donjon. En suivant leur hôte, Drakius en profita pour observer l'architecture. Il ne s'était pas attendu à une construction en dur aussi élaborée de la part des "sauvages" de Boiscendré, et encore mois avec des fenêtres en verre.

    L'homme le coupa dans ses considérations architecturales d'une voix ferme :

    - Nous sommes très heureux de vous revoir ici Dame Krysta, mais je pense qu'à présent des explications s'imposent. Ho, et... si votre "escorte" pouvait rester dehors, nous vous en saurions gré.

    Drakius croisa son regard. Pas besoin d'être un grand psychique pour comprendre qu'il désapprouvait sa présence. Le mage ravala sa hargne et fit signe à ses soldats de les laisser. Pas le moment de créer un incident diplomatique sur un sujet aussi idiot.

    49
    Lundi 18 Juin 2018 à 17:46

    Krysta s'était un instant tournée vers Darkus. Elle savait que sa présence n'allait rien arranger ! Pourquoi n'avait-elle pas chercher à être convainquante au moment où ils allaient partir de la forteresse. Darkus ici, bien évidemment tout le monde savait ce qu'il voulait : Brumecorce comme allié ! Pourquoi avait-il tenut à venir sinon ? 

    Elle fronça les sourcils, profondément énervée. Tout aurait été plus simple s'il n'aurait pas été la. Elle risquait de se faire rejeter juste parce qu'il était ici. Mais maintenant, il fallait assumer.... mais comme elle ne savait pas vraiment pourquoi il avait tant tenu à l'accompagner jusqu'ici. Il n'avait qu'à s'expliquer, lui. 

    Elle lui fit donc signe de s'avancer, et donc, de parler. 

    50
    Lundi 18 Juin 2018 à 19:30

    Drakius détestait qu'on décide à sa place quand il devait parler ou se taire. Mais il voulait faire passer Krysta comme une haute dame et gouvernante de Boiscendré... elle était donc hiérarchiquement égale à lui si l'on suivait sa logique (et même supérieur en fait... mais chut !). Il prit sur lui pour paraître calme et exposer les mêmes explications que celles offertes à la jeune fille avant de partir de Sombreval.

    - Je suis Drakius, héritier de Sombreval. Nous avons reçut à la Forteresse une lettre expliquant le tragique évènement dont vous avez été victime. Dame Krysta était avec nous depuis plusieurs semaines, il me revenait de la mettre au courant. Et à présent, la voici de retour chez elle, car le fardeau de gouvernante lui revient par les lien du sang.

    L'homme en face le fixait de ses yeux gris. Il était psychique apparemment, et sans doute de noble naissance car il avait apprit à ériger des défenses atour de son esprit. Rien qui puisse impressionner un mage comme Drakius si il avait cherché à forcer le passage, mais de quoi l'empêcher d'y lire comme un livre ouvert sans que personne ne s'en rende compte.

    - Et moi je suis Arold Grisefutaie, intendant de Brumécorce, et j'aimerais connaître les raisons de la présence de Dame Krysta à Sombreval.

    Un noble, avec de bonnes dispositions à Brumécorce... l'arrivée momentanée de Krysta ne devait pas représenter une si bonne nouvelle pour lui : elle l'écartait du pouvoir de façon tout à fait légale. Il avait aussi l'air d'être de nature méfiante... un homme à évincer.

    Drakius tourna son regard vers la jeune femme. Cette fois il ne pouvait pas répondre à sa place.

    51
    Lundi 18 Juin 2018 à 20:49

    Intendant ? Et s'il allait tour faire pour la rejeter ? il y a d'autres hommes qui peuvent me soutenir si nous avançons de bons arguments. se rassura t-elle avant de devoir répondre. Franchise... 

    - où iriez vous en cas de fugue si vous ne voulez pas être retrouvé ? Bien trop d'hommes parlent, aucune des villes alliées au roi, marchand envers nous n'aurais vraiment gardé le secret de la position. Sombreval était le seul endroit détesté de tous, et reculé. J'ai donc préféré m'y rendre dans l'espoir d'être acceptée. 

    C'était vrai, elle n'avait juste pas tout, tout dis. 

    52
    Lundi 25 Juin 2018 à 12:53

    "Détesté de tous et reculé... merci beaucoup." Drakius en avait entendu d'autres, mais d'ordinaire il s'arrangeait pour faire regretter leurs paroles aux imprudents. Là, il devait bien évidemment faire celui qui n'avait pas entendu.

    - Quand à ma présence et celle de mon escorte, elle a uniquement pour but la sécurité de Dame Krysta. La traversée des plaines de Sombreval et de vos bois est beaucoup trop dangereuse pour une jeune femme seule.

    - Bien sûr, bien sûr, grommela l'intendant. C'est d'ailleurs pour cela que...

    Bref silence. Avait-il mordu à hameçon ?

    - Une seconde... Je n'ai jamais envoyé de message à Sombreval !

    Bingo.

    - Vraiment ? Pourtant la lettre portait votre seau. Enfin, celui de Boiscendré plutôt. Seul un scribe officiel a pu l'avoir utilisé.

    Devant le regard méfiant de l'homme, Drakius se permit même d'ajouter :

    - Il aura sans doute fait du zèle à partir de vos ordres originels... Je suppose que vous en aviez envoyés aux autres grandes familles ?

    C'était jouer avec le feu. Mais il ne prenait pas trop de risques non plus : pour quelle raison l'intendant cacherait-il la mort des Boiscendrés et sa prise de pouvoir officielle en l'absence de Krysta ?

    - En... en effet. Sauf à Sombreval, Tertrefort et Montdesbrumes.

    Et Montdesbrumes ? Cet homme était décidément une mine d'opportunités. Et il venait de s'offrir en pâture.

    - Pourquoi ces exceptions ? J'avais pourtant entendu dire que votre défunt seigneur tenait à la neutralité de Boiscendré. Il n'est pas dans les cordes d'un intendant que de choisir les alliances d'une région.

    A la tête de l'homme, Drakius comprit qu'il avait marqué un point. Un petit avant-goût de ce qui t'attend en publique, très cher Lancelot.

    Bon. Bien entendu, il allait devoir trouver le fameux scribe de la famille avant l'autre, sinon il perdrait toute crédibilité. Il guetta la réaction de Krysta à ses côtés.

    53
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 13:05

    Krysta ne savait que dire, si ce n'est qu'elle froncait les sourcils. Enfaite, à entendre cette conversation, heureusement qu'elle était revenue sinon, elle ne voulait imaginer qu'est ce que cet homme allait faire de la région. 

    - la mort de ma famille ne doit être en aucun cas une nouvelle privilégiée mais tout le monde doit le savoir. 

    Voilà tout ce qu'elle avait trouvé à répondre... Ce n'était pas grand chose mais ça montrait l'accord avec le Sombreval et le mécontentement avec cet intendant. 

    - j'espère que cette erreur sera rectifié. 

    Ou peut être disait elle cela car elle ne pouvait être plus manipulée par Darkus et n'écoutait que ce qu'il disait en espérant que ce soit bon. 

    54
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 14:09

    - B... Bien entendu Dame Krysta. Au plus vite. Vous... je suppose que vous souhaitez vous installer ?

    L'intendant avait perdu en assurance. A la plus grande satisfaction de Drakius, Krysta avait prit son partit. Bien sûr, il ne devait pas baisser sa garde et trouver au plus vite ce foutu scribe. Mais pour le moment tout se passait comme prévu.

    55
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 14:25

    - Bien sûr. Et qu'on donne une chambre pour Sir (c'est bien ça ? Pardonne moi j'ai toujours du mal...) Darkus. 

    56
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 14:46

    (Dans le Trône de Fer, "Sire" est réservé au roi et plutôt "Messire" aux seigneurs... Mais ici c'est Ethanor et je n'ai pas fait de classification particulière, donc pour l'occasion on va dire qu'on sen fiche. sarcastic )

    - Bien entendu. Et votre... escorte pourra prendre ses quartiers à la caserne le temps qu'il faudra.

    Il leur fit signe de le suivre et prit la direction des chambres. Drakius nota qu'il se redressait déjà et qu'il reprenait son aplomb. Il allait falloir un sacré scandale pour le déloger, ce parasite là.

    57
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 16:49

    Krysta suivit jusqu'à retrouver le couloir et sa chambre. Elle songea qu'en fin de compte, Darkus avait été très utile et qu'elle m'en remerciera plus d'un fois quand elle pourra. Pour l'heure elle comptait se reabituer à vivre ici et revoir son amie. Elle demanda d'ailleurs à ce qu'on aille la chercher. 

    (Okay merci ! Nan mais que je sache quand même et cesse de commettre cette erreur )

    58
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 17:00

    (Ho, et puis... on se doute bien que Krysta connait ça par cœur.)

    59
    Dimanche 1er Juillet 2018 à 18:17

    (bah oui... Elle qui a recut cet éducation :)

    60
    Samedi 6 Octobre 2018 à 20:04

    Le petit garçon conduit Krysta et Flore vers le chef espion. Il les accueillit dans son bureau. Trois hommes étaient également présents. 

    - Bonjour mes dames. Alors, tout es accordé ? 

    - Oui. 

    - Bien, je vous présente donc Banj, Soch, et Zag. Ce sont trois psychique assez fort pour protéger vos pensées en cas de besoin où s'infiltrer discrètement dans un, non psychique. Ainsi que la communication à distance. Enfin, du moins pour Montdesbrumes. Est-ce bon ? 

    - Oui, je pense que lui. 

    - Nous partons ce matin? demanda Banj

    - Ce midi plus précisément. 

    - Ils seront prêt. Je les ai déjà informé de la mission à remplir. Si vous voulez ajouter quelque chose ? 

    - Si vous avez tout redis de la veille, alors tout est bon. 

    Les deux jeunes filles se levèrent à nouveau pour repartir 

    ( Je suis désolée par ce manque d'inspiration j'aurais tellement pus faire mieux…) 

    61
    Samedi 6 Octobre 2018 à 20:27

    (Maiiiis 'faut pas te mettre la pression comme ça ! Tu veux faire le départ tout de suite ? Comme ça j'arrêterai de faire tourner en rond mon Drakius.)

    62
    Samedi 6 Octobre 2018 à 20:37

    (pourquoi pas oui ^^' 

    oui c'est vrai que je me mets la pression pour toujours faire de beaux rps…) 

    63
    Samedi 6 Octobre 2018 à 20:49

    (Je te laisse commencer alors. Et je ferais peut-être rappliquer mon ch'tio seigneur. Ou pas. Selon la façon dont sera organisé le départ.

    J'avoue que c'est sympa de lire des bon gros RP bien écrits. Mais des fois, quand il n'y a rien à dire il n'y a rien à dire. Et ça ne sert à rien de tourner en boucle pour ne rien donner comme information. Je ne parle pas des cas ou on a seulement la réflexion des personnages sans qu'ils agissent sur l'action, mais vraiment des moments (dans les dialogues par exemples) où faire des lignes et des lignes en plus ne mène à rien parce qu'il faut de toute façon attendre la réaction de l'autre personnage pour avancer.

    Il y a des moment comme ça ou je me pose la question : mieux vaut privilégier la liberté d'action qu'on laisse à l'autre, ou les jolis RP bien précis ? Pas toujours facile de trouver le juste milieu...)

    64
    Samedi 6 Octobre 2018 à 22:17

    Les RPs construits, ou un minimum, pour ma part. Assez pour que l'autre personne puisse se représenter la scène si tu veux. Car, en tout exemple, dame Iris, qui fait decoller sa dragonne. Je n'ai rien eu a dire, car je n'ai eu aucune description... Donc ca m'a blasé.. 

    Non, je suis désolée, je vais mieux faire les prochaines fois, pour être toujours digne d'écrire des RPS qui conviendront également a ce que je veux donner.  Et ce n'est surtout pas ca ! )

    65
    Samedi 6 Octobre 2018 à 22:29

    (Moui, un minimum de description est bienvenue, tu as raison. Surtout lors des actions. Après, dans les dialogues quand on a déjà placé le décors, ce n'est plus forcément obligatoire. Sauf quand il s'agit du ton ou des mimiques, évidemment, mais ça ne va pas forcément prendre cinquante lignes. Après, on ne peut pas demander à tout les joueurs la même "qualité" (attention les guillemets !) de RP. Il y en a qui préfères mettre un nombre de ligne minimum sur leurs RPG pour "trier" les joueurs... Bah moi je préfère rester ouverte à tout les styles, malgré le risque de tomber sur des réponses monosyllabiques (et je ne parle même pas là des RP de Dame Isis, mais chuut... pas de nom.) A chacun son truc.

    Breeef... Du coup tu fais comme tu veux. Mais j'avoue que c'est plus valorisant de se dire qu'on a fait un bon RP qui traduit bien la situation qu'on veut montrer. Un passage digne d'un roman. Ça fait un bon entraînement aussi.)

    66
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 08:21

    ( oh oui oui. Je ne jugeai pas hein, je ne portait aucun jugement sur Dame Iris en la citant. C'est juste que je me rappelais d'elle a ce moment pour le genre de RP dont je parlais. 

    Tu viens de résumer ma pensée. 

    Bref, comme tu dis, je vais m'y mettre. Dis, tu pourras répondre a la zone clandestine ?)

    67
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 10:28

    (Ho, tu m'attends là-bas ? Zuuuut ! Il y a d'autres endroits comme ça ?)

    68
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 10:48

    (heu ... Je sais plus trop. Faut que je vérifie a Diamantis. Et onderaude du coup on fait comment ? Faut que je mette mon voleur quelque part ?)

    69
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 10:50

    (Ondémeraude... Oui, je t'avais dit que je faisais quelques articles supplémentaires là-bas. Et je l'ai fais. Mais je ne t'ai pas prévenue. Désoléééé !)

    70
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 14:06

    Midi sonna. Une escorte était prête. 

    Krysta sortie dans la cour pour rejoindre Flore. 

    - Tu es prête? 

    - Oui. Ne t'en fais pas, je t'enverrais des nouvelles régulièrement. 

    - Merci infiniment. 

    Le jeune noble observa l'escorte, constituée de soldats, des trois espions et d'un homme étant anciennement proche de son père, assez pour avoir confiance et d'un chef pour les combattants. Tous, ou la grande majorité car il n'était pas question de voir une seule faiblesse. 

    - Je vais envoyer un corbeau pour prévenir de votre arrivée je pense. Ca sera peut-être mal vu de passer "à l'improviste". 

    - D'accord. Y a t-il autre chose ? 

    - Je ne crois pas… 

    ( quelque chose à ajouter ?) 

    71
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 14:20

    (Hum... Non. Enfin, juste en spectateur quoi.)

    Drakius était rentré depuis quelques temps de sa "promenade" matinale. Il n'avait pas apprit grand chose de plus depuis l'interrogatoire du garde, mais il avait quelques idées pour la suite. Par principe, il avait assisté au départ de la jeune amie de Krysta, en simple spectateur. Il ne pouvait de toute façon pas s'élever contre la volonté de la dame, et avait officiellement approuvé cette enquête diplomatique. Au fond, il n'avait qu'à se montrer plus rapide. Brumécorce était assez loin de Châteaubrouillard, même à vol d'oiseau. Alors à cheval... ça lui laissait une petite marge de manœuvre.

    72
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 14:31

    Après quelques derniers mots, Flore fut montée à cheval et lança l'escorte vers la sortie du donjon. Krysta les salua une dernière fois en les observant partir et se tourna vers sa demeure. Que dois-je faire maintenant ? se questionna t-elle. Ais-je un conseil ? Quand est ce que je dois le voir ? 

    trop de question dont elle ne savait pas répondre. Elle avait résolument besoin d'aide. 

    73
    Dimanche 7 Octobre 2018 à 15:45

    Lorsque le petit groupe eut disparu au détour de la route, Drakius s'approcha de Krysta.

    - Il n'y a plus qu'à espérer qu'ils trouverons la vérité. Pouvez-vous faire entièrement confiance à l'escorte ?

    Il sera si désolant qu'il arrive le moindre mal à cette... Flore en cour de route. Non, bien sûr, Drakius ne pensait pas s'en prendre à elle (même si il se méfiait de sa perspicacité, méfiance réciproque). Ce serait presque clamer l'innocence des Montdesbrumes, à moins d'avoir une très bonne excuse (les routes sont peu sûres, dans ces bois sauvages...).

    74
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 14:18

    Krysta tourna la tête vers Darkus et hocha la tête 

    - oui. Je pense avoir demandé a assez d'Hommes pour les accompagner pour la protéger et je la sais digne de confiance. 

    Elle repensa a quelques paroles de son amie avant qu'elle ne parte. Fait attention a cet homme, Krysta. Tu me connais, je ne te le dirais pas si je ne le sentais pas louche. Quand crois-tu qu'il repartira ? Quand il aura ce qu'il voudra. Et que crois-tu qu'il veux ? Ton armée voyons ! Nous sommes en guerre ! Il veut que tu livre bataille a ses côtés ! Tu vas perdre la confiance du roi. S'il reste la, ta famille s'éteindra c'est sur. 

    elle tourna ses paroles plus d'une fois dans sa tête. Ce qui laissa les deux dans le silence. Elle n'entendit même pas s'il lui parlait ou non et une nouvelle inquiétude apparue. 

    - Que voulez vous en échange de votre service ? Demanda t-elle subitement, quitte a lui couper la parole. 

    75
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 14:33

    En pleine réflexion, Drakius n'avait pas cherché à suivre le cour des pensées de la jeune dame. Après l'affirmation assurée de Krysta, il avait simplement opiné de la tête pour montrer qu'il comprenait. Sa nouvelle question le prit de cour et sa surprise se vit dans le geste un peu trop brusque qu'il fit pour regarder à nouveau Krysta en face.

    - Comment cela ? Je ne demande rien d'autre que votre reconnaissance... Vous êtes venue vers moi quand vous aviez le choix, c'est la moindre des choses que je vous rende votre confiance !

    Pourquoi cette question... Soit la princesse était moins naïve qu'elle ne le laissait paraître, soit c'était encore l'influence de cette... Flore. Que n'avait-il les beaux yeux sombre et le charme adolescent de Karl pour lui rappeler ses "vrais devoirs" ? Enfin, il était encore trop tôt pour tenter de la convaincre de lever ses troupe à ses côtés. Il s'inquiétait de la façon dont les choses se précipitaient hors de son contrôle.

    76
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 17:53

    Un sourire illumina le visage de la jeune fille. Une mine rassurée et satisfaite 

    - merci infiniment. 

    Les doutes que lui avait installé Flore s'evaporèrent rapidement. 

    77
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 18:09

    Rassuré, Drakius reprit son léger sourire.

    - C'est la moindre des choses. Mais dites-moi... J'entends raconter d'un côté qu'il n'y a eut aucun rescapé de l'attentat contre votre famille, et je vois d'un autre encore nombreux nobles au donjon. Cet... intendant, votre amis Flore, le scribe...

    Tous autant de contrariants personnages... ils auraient pu avoir la délicatesse de mourir au lieu de venir me mettre des bâtons dans les roues.

    78
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 19:07

    - c'est vrai..  ils étaient sûrement autre part a ce moment là ? Flore m'a dit qu'elle était allée rentre visite a quelqu'un je ne sais plus où... 

    L'idée de suspecter son amie était impossible a ses yeux. 

    - mais les deux autres... 

    79
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 19:19

    - Ils ont probablement tous... des bonnes raisons. De même les autres qui me sont inconnus mais que j'ai pu apercevoir hier soir.

    Pensif, il caressa machinalement le pommeau de son épée. Enfin il déclara de but-en-blanc :

    - J'ai aussi entendu dire que votre frère avait des loups pour la chasse. Ces animaux sont-ils toujours en ville ?

    80
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 19:24

    - Je n'en ai pas entendu parlé. Je vous répondrais bien que non.. 

    Le doute s'insinua réellement chez la jeune noble qui ne pouvait croire à un complot dans le donjon. Si elle apprenait l'auteur, elle le ferait noyer dans le lac… Ou simplement couper la tête. 

    81
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 19:33

    - J'irais me renseigner, ce n'est pas bien grave.

    Il porta son regard vers le donjon qui les surplombait de toute sa hauteur.

    - En tout cas je tiens à dire que votre accueil est irréprochable, mes hommes en sont très satisfaits aussi.

    82
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 19:36

    - C'est vrai ? 

    Son visage s'illumina une nouvelle fois 

    - Si seulement je pouvais réduire se préjuger qu'on les autres familles comme quoi nous sommes de sauvages...

    83
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 22:12

    Il écarta les bras en signe d'impuissance.

    - Si je savais comment faire taire les préjugés, nous ne serions sans doute pas en guerre.

    84
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 22:16

    - pourquoi faites vous la guerre ? 

    Son ton était inocent mais après tout, elle ne connaissait pas la vrai raison, même si elle se doutait bien qu'il visait Baudouin. 

    - Mise a part le roi. 

    85
    Vendredi 12 Octobre 2018 à 22:29

    Drakius s'attendait à cette question. Il s'était engagé en terrain glissant, mais c'était volontaire. Mettre les choses au point une fois pour toute, faire taire les doutes que pouvait avoir Krysta à son égard... c'était autant de choses qui pouvaient l'aider à s'engager de son côté.

    - C'est une longue histoire, soupira-t-il de façon théâtrale. Vous êtes certaine de vouloir l'entendre du début ?

    86
    Samedi 13 Octobre 2018 à 08:59

    - oui, je pense que oui. 

    Ça promettait presque d'être croustillant et puis, c'était intéressant de comprendre la raison de ce qui a poussé en venir en guerre. 

    87
    Samedi 13 Octobre 2018 à 11:13

    Sa réponse ravi Drakius, qui n'attendait que cela.

    - Hum... Vous n'êtes pas sans ignorer que j'ai de longues années appartenu au Cercle des Mages. Je pensais me trouver avec l'élite d'Ethanor, ceux qui veillaient à la sécurité du royaume mais aussi à son développement, ses découvertes, sa grandeur. Malheureusement j'ai vite appris à mes dépends que ce n'était pas le cas : ils étaient tous immobilisés dans le carcan des traditions, coincés par leur morale dépassée, figés par leur peur de l'inconnu. Je ne cacherais pas que certaines de mes découvertes de l'époque allaient bien au delà de ce qu'ils jugeaient admissible, mais la façon dont ils ont réagit m'a permit de prendre conscience : nous sommes dirigés par des pleutres qui préfèrent rester sur place que de pouvoir éventuellement améliorer la vie du royaume. Je suis revenu à ma vie de noble avec une nouvelle vision des choses, et ce que j'ai vu encore une fois discréditait les mages. Vous savez pendant que nous, régions du nord, trimons pour obtenir la base de la subsistance ; pendant que nous luttons pour obtenir un minimum de justice et de discipline, ou pour tenir durant les longs mois d'hiver ? Dans les sud ils ont non seulement des terres fertiles et peuplées ouvertes au commerces, mais on trouve des mages jusque dans les plus petits villages pour faire régner la loi. Et après ça vous prône la justice, l'égalité ou autres idioties qu'ils ne respectent pas eux-même.

    Il prit le temps de quelques inspiration pour ménager son effet.

    - Voilà, on a commencé par les raisons qui me font désapprouver entièrement le Cercle des Mages tel qu'il l'est actuellement. Je n'avais rien contre le jeune roi actuel, si ce n'est qu'il les protège trop. Et puis j'ai eut l'occasion de parler avec Ignis lors de mon retour à la Forteresse, et j'ai comprit que ce roi-là n'avait aucun légitimité. Ignis est considérée comme une bâtarde, alors reléguée à l'exil et la disgrâce pour les restant de ses jours... et Baudouin, qui n'a pas une seule goutte de sang Sableblanc, est acclamés par tous pour sa naissance officielle. Je ne peux tout simplement pas approuver une telle logique. Le royaume marche sur la tête et personne ne s'en inquiète ! J'ai laissé une chance au roi, mais de toute évidence il ne lâchera pas son trône pour si peu. Comme rien ne se fera si personne ne bouge... voici ma lutte.

    Il espérait avoir été suffisamment convainquant auprès de Krysta. On ne faisait pas se battre quelqu'un si il ne savait pas pourquoi.

    88
    Samedi 13 Octobre 2018 à 12:57

    Krysta écouta attentivement en pleine réflexion, mais son idiote naivité approuva le discourt et le soutien. 

    - C'est d'une injustice. On ne parle pas de vous comme un inventeur, intelligent dans le soucis de faire avancer le monde. Et ce roi... Je ne le pensais pas si avare de son trône et la richesse que lui offre la couronne. S'il n'a rien a faire sur le trône, mais qu'Ignis si, c'est révoltant. 

    89
    Samedi 13 Octobre 2018 à 13:13

    Il haussa les épaules d'un air navré.

    - C'est la logique de notre société : on fait valoir les droits du sang pour monter sur le trône, mais un roi légitime sans aucune ascendance chez les Sableblanc prime sur une bâtarde dont la mère était une vrai descendante de la famille royale. Par le mariage, le père de Baudouin a hérité d'un "Sableblanc" derrière son nom, ça a suffit à tout ces gens de la capitale qui l'acclament sans hésitation. Je lui avais laissé une chance pour que tout se passe sans effusion de sang... mais il a refusé.

     

    90
    Samedi 13 Octobre 2018 à 13:27

    Krysta ne comprit pas tout mais ne chercha pas a savoir plus. Elle hocha la tête avant de se rappeler qu'elle devait envoyer une lettre. 

    -excusez moi, Darkus, mais je devais prévenir les Montdesbrumes de l'arrivée de Flore... 

    91
    Samedi 13 Octobre 2018 à 14:22

    - Mais faites donc.

    Il allait ainsi avoir le temps de s'occuper de ses propres projets.

    92
    Dimanche 28 Octobre 2018 à 22:09

    (Fidaè, tu en es où avec Krysta ? Karl ne devait pas la contacter ?)

    93
    Dimanche 28 Octobre 2018 à 22:30

    (si.. si si si. Si ! Si.. Demain ? Non… Aujourd'hui. Ce soir. Cette nuit. Maintenant. Après mon lavage de dents.. Ma nuit ? Demain matin première heure je rattrape tout le retard partout. Il y a où en plus d'ici ?) 

    94
    Lundi 29 Octobre 2018 à 09:57

    (Hou... Doucement, rien ne presse. Mais si tu le demande... Il y a bien à Diamantis...

    D'ailleurs, ça va mieux ta main après un jour de repos ?)

    95
    Lundi 29 Octobre 2018 à 10:19

    Krysta se dirigeait vers la salle du messager quand une présence infiltra son esprit de manière assez progressive, surement pour ne pas la surprendre. Quand elle se sentit bizarre, comme observé, Karl lui parla mentalement. 

    bonjour Krysta, comment vas-tu ? 

    Krysta parue néanmoins surprise. Cette voix, elle la connaissait très bien et sourit. 

    Karl ! Comment vas-tu ? 

    Oh… Pas fort. 

    Karl ? Ne pas aller bien ? Peu probable. Ou du moins il ne l'avouerait jamais. 

    Que se passe t-il? 

    Nous n'avons plus de vivres. Plus de marchands et nos réservent faiblissent à vu d'œil. Nous ne pouvons plus nourrir nos habitants. Les chevaux vont mourir, nos plaines n'ont même pas d'herbe. Idylle est portante, à quoi ressemblera le poulain si elle est en manque ? 

    Krysta se retrouva frappé. Il parlait presque comme si elle pouvait être responsable. Et ça ne rata pas. Elle ne pouvait pas, de toute manière, laisser ces pauvres gens mourir de faim. 

    Pourquoi, tout d'un coup il n'y a plus de marchands ambulant ? 

    Je ne sais pas, je vais partir avec une troupe à la recherche et chasser. 

    Chasser sur les autres terres ? 

    Vois-tu d'autres solutions ? 

    Je vais vous envoyer des vivres moi ! 

    C'est super Krysta ! Mais tu ne peux pas te permettre d'envoyer toutes tes vivres au risque d'appauvrir ta région. Mais ton aide nous serait précieuse. 

    Je vais faire le nécessaire, je te le promets. 

    Merci infiniment. 

    Hé… Si tu pars en vadrouille, tu passeras ici ? 

    Je te le promets. 

    Elle ressentit une petite bouffée d'oxygène la prendre. Tout était si simple avec lui que s'en était presque soulageant. L'étrange impression disparue, lui informa que Karl était repartit à ses occupation. 

    La nouvelle Lady décida d'en finir avec le message et de s'occuper de se problème juste après. Elle toqua à la porte et eut rapidement l'autorisation de rentrer. Ensemble, ils écrivirent. Le messager lui apprit par la même occasion quelques codes de lettre et de formulation. Au final, ils partirent en même temps pour envoyer la lettre par corbeau et Krysta s'en alla chercher quelqu'un gérant les marchandises… Il doit bien y avoir un endroit de rassemblement ! pesta t-elle 

    96
    Lundi 29 Octobre 2018 à 10:22

    (pas fou. C'est toujours aussi gonflé. Comme un gans en plastique de scientifique qu'on gonfle tu vois, sans les doigts.  Mais j'ai moins mal quand même. :)

    97
    Lundi 29 Octobre 2018 à 10:32

    (Hé bé... Oui, si c'est un gros hématome, j'imagine d'ici. -_-

    Quand ta Krysta en aura fini avec son ravitaillement, j'aurais une dernière petite... annonce pour clôturer la journée.)

    98
    Lundi 29 Octobre 2018 à 10:50

    (pas de soucis ! Sauf si tu veux le faire maintenant ?) 

    99
    Lundi 29 Octobre 2018 à 10:56

    (Peu importe. C'est que ça risque d'attirer un peu l'attention, et autant faire chaque chose en son temps ?)

    100
    Lundi 29 Octobre 2018 à 10:57

    (okay pas de soucis)

    101
    Samedi 3 Novembre 2018 à 07:01

    Krysta chercha le reste de conseillers mais le peu de personnes dans le donjon l'informèrent qu'ils étaient tous morts lors de l'horrible soir. Krysta ne sut vers qui se tourner et décida de passer une "loi", une règle pour les marchandises. Elle toruva alors un papier et une plume pour écrire proprement. Sur plusieurs feuilles, la même chose. 

    Les temps sont durs pour nous tous. Il nous faudra un petit peu de temps pour nous reconstituer. J'en appelle à à tous les marchands fixes et en correspondance avec les autres villes a venir se rassembler sur la place de la ville, ce soir, pour de nouvelles informations et une possible place au conseil pour les personnes de noble naissance. 

    Sous plusieurs exemplaires, elle se leva ensuite et sortit du donjon a la recherche de messagers. Elle trouva un groupe de soldats, peut être, inactif et s'approcha d'eux. Ils s'inclinèrent. 

    - Bonjour messieurs, j'aimerais vous donner une charge de peut être quelques heures. 

    - on vous écoute. 

    - Pourriez vous transmettre ce message dans la ville. Comme le ferait des messagers envoyés ? 

    - pourquoi ne pas demander a des messagers alors ? Demanda un sans méchabceté. 

    - Écoutez... Je ne connais pas tout mon personnel encore. Je suis arrivée hier. Il me faudrait du temps et des conseillers pour pouvoir agir comme le faisait mon pere. Vous me serez d'une grande aide. 

    Ils hochèrent alors la tête et prirent les papiers, enfourchèrent leur chevaux pour s'en aller appeler la population. Grandement soulagée, Krysta rentra a nouveau dans le donjon

    102
    Samedi 3 Novembre 2018 à 09:47

    Elle croisa un autre soldat, tout à fait par hasard, mais il s'exclama avec un soulagement visible :

    - Dame Krysta, je vous cherchait justement ! Vous ne savez pas ce qui est arrivé ? On a retrouvé un corps massacré en bordure de ville.

    103
    Mardi 6 Novembre 2018 à 18:20

    Krysta sursauta. Elle n'avait que vaguement fait attention a cet homme. Mais ses paroles la tourmentèrent bien plus. 

    - un corps... Heu... Hé bien, allons-y. Emmenez moi. Bredouilla t-elle sous le choc. 

    Deux hommes aux traits de famille visibe vinrent a ce moment précis et s'inclinèrent. 

    - Dame Krysta, Notre pere etait était le garde personnel de votre père. Laissez nous reprendre sa place et lui faire honneur en assurant votre sécurité en ces temps sombre. 

    Krysta Les regarda mais perdit un instant la parole. Tout se mit a se mélanger dans sa tête, elle répondit un "oui merci" rapide avant de suivre l'homme. Elle avait soudain peur. Très peur. Quelle bêtise ais-je fais ? On a tuer ma famille.. j'ai dut me mettre en travers du chemin de ses assassins... Je vais surement être visée aussi ! songea t-elle avec panique. Elle roulait maintenant des yeux autour d'elle en tombant soudainement dans la paranoïa. Mais elle suivit tout de même. 

    104
    Mardi 6 Novembre 2018 à 18:39

    Le premier soldat paru hésiter mais approuva tout de même.

    - Bien madame. Je vous préviens tout de même, ce n'est pas très beau à voir...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    105
    Mardi 6 Novembre 2018 à 18:56

    - y a t-il déjà des personnes proches la bas ? 

    106
    Mardi 6 Novembre 2018 à 19:08

    - C'est un copain, un soldat de garde qui l'a découvert. Il... enfin, elle était encore chaude, tuée il y a peu. Depuis il y en a d'autre qui sont aller voir pour essayer de la reconnaître.

    107
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 06:30

    Krysta hocha la tête. Etais-ce vraiment utile d'y aller. Peut être pas. Et si elle tombait dans un piège ? Non... 

    - Vous, allez chercher Darkus je vous prie. Ordonna t-elle a un soldat non loin. Qui s'exécuta. L'Homme de Sombreval était encore le seul homme ici en qui elle avait confiance. Peut être a tord mais pour elle, c'était sûr. Peut être qu'avec une observation de son œil critique et connaisseur, il pourrait tirer une ou deux conclusion. 

    108
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 06:41

    Drakius était encore dans sa chambre, encore en échange avec Karl. Il ne fut pas difficile pour le soldat de le retrouver. Lorsque l'on frappa à sa porte, le mage dû rapidement prévenir son neveu pour couper le contact.

    "Plus le temps. On m'appelle. On reparlera de ça plus tard..."

    Et, sans autre forme de procès, il barricada à nouveau son esprit et retomba dans le monde réel.

    - Oui ?

    - Messire Drakius, c'est dame Krysta qui vous demande. A propos d'un cadavre.

    Il cru un instant que le rapprochement avait déjà été fait. Qu'on l'accusait, qu'on allait l'arrêter et que tout était terminé. Puis il remarqua que le soldat était seul, et que de toute façon aucune preuve ne pouvait jouer contre lui. Krysta ne faisait pas appel à lui pour l'accuser.

    Il accepta donc de suivre le soldat qui le conduisit jusqu'à la dame de Boiscendré.

    109
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 08:23

    Krysta l'attendit et se mit a suivre a nouveau le garde quand Darkus fut a leur hauteur. 

    - Il y a eu un meurtre et apparemment, une femme. J'ai besoin de votre aide car je n'y connais rien et j'ai peur de ne pas comprendre comment a-t-elle été tué. J'espère que votre savoir le fera à ma place. Dit-elle maladroitement pour se justifier. Elle avait surtout peur que ça lui retombe dessus... 

    110
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 12:25

    Drakius joua l'étonné.

    - Un meurtre, ici ? Encore ?

    Il nota tout de même qu'elle le considérait comme "savant" en matière de cadavres. Charmant.

    111
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 15:37

    (on va où du coup?)

    112
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 15:43

    (Heum... Brumécorce ? Vu que c'est en bordure de la ville.)

    113
    Samedi 1er Décembre 2018 à 22:43

    Drakius, accompagné du garde et du chasseur, arriva au donjon. Il demanda à voir Krysta, avec comme motif le premier suspect de l'affaire du meurtre.

    114
    Lundi 3 Décembre 2018 à 08:02

    Krysta était dans sa chambre a se demander ce qu'elle faisait ici quand on l'appela a nouveau. Entre soucieuse et contente d'avoir une occupation ressemblant a celles de son père, elle suivit et rejoignit Darkus et le groupe. Elle afficha une mine interrogative. 

    115
    Lundi 3 Décembre 2018 à 09:57

    Le chasseur paraissait effrayé et perdu, mais Drakius ne lui laissa pas le temps de se remettre.

    - Voici l'homme auquel appartenait le couteau. Un chasseur. Mais il refuse de confesser ses actes. 

    116
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 13:43
    117
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 18:55

    (toutes mes excuses) 

    Krysta était épuisée et ne voulait plus réfléchir. Elle se força encore un peu (ah ! pourquoi je n'ai pas Daenerys ! du calme, joue justement Fidaè) 

    - Mh… Avez-vous tuer cette femme ? Avouer ira seulement à votre avantage. 

    C'était bien ce que disait son père autre fois dans ces cas là ? Non ? Quelque chose qu'y y ressemblait du moins. 

    118
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 19:12

    L'homme lançait des regards affolé à Drakius, puis à Krysta.

    - Qui... ? Non, bien sûr que non, bafouilla-t-il. Enfin... de quoi vous parlez ?

    Drakius émit un son entre le soupir et le grognement.

    - Peut-être dit-il vrai. Peut-être n'est-ce qu'un concert de malheureux hasards sans rapport avec lui. Il n'empêche...

    Il fit mine de réfléchir.

    - Ma dame, me donnez-vous l'autorisation d'enfreindre une loi du roi sur vos terres ? Un simple coup d'oeil dans son esprit et nous n'aurons plus à nous tracasser d'un éventuel mensonge.

    119
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 20:11

    Krysta s'était très vite faite aux autorisations qui différaient bien les Sombreval des autres terres. Cela lui aurait presque paru normal qu'en la présence de Karl, le jeune homme avant soudainement avec certitude son innocence ou non. 

    - Bien sur bien sûr ! 

    Cela allait être radical. Elle songea a lever cette interdiction des mages de lire dans les pensées. Après tout, les élémentaires avaient droit d'exercer sans problème. Pourquoi les psychiques n'avaient-ils pas le droit également ? 

    120
    Mercredi 19 Décembre 2018 à 20:36

    Drakius s'empêcha de sourire pour se concentrer sur sa tâche. Il passa sans difficulté les maigres défenses mentales de sa victime.

    " Pourquoi ? Pourquoi ?"

    "T'occupe."

    Et comme il l'avait fait précédemment dans la journée pour forcer le chasseur à commettre le meurtre avant d'effacer sa mémoire, il prit le contrôle de force et annihila tout envie de lutte. Cet homme était élémentaire de lumière, sans aucune connaissance du psychisme ni aucune habitude à lutter contre une autre force mentale. Il était d'ailleurs plus souvent seul dans la forêt qu'en société. C'était un jeu d'enfant.

    Le mage afficha cette fois un sourire triomphant.

    - J'avais raison ! Il y a bien des souvenirs récents où il conduit la femme à l'écart de la ville pour la poignarder ! Il essaye tellement de ne pas y penser qu'il ne pense qu'à ça !

    121
    Jeudi 20 Décembre 2018 à 06:40

    Krysta ecarquilla Les yeux et deviseagea de plus belle l'homme. 

    - C'est irréfutable. Quel était votre motif ? 

    122
    Jeudi 20 Décembre 2018 à 06:50

    Le chasseur baissa les yeux. Pour s'assurer qu'il ne fasse pas le moindre écart, Drakius prit entièrement le contrôle. Il lui soufflait les réponse et le persuadait en prime qu'il avait répondu de son propre gré.

    Ce genre de manipulation, pour un psychique lambda, aurait été dangereuse en plus d'être compliquée : si Krysta s'adressait directement à lui, il devait libérer la pression et revenir en vitesse dans son propre corps, ce qui pouvait donner lieu à un temps de latence questionnable. Mais Drakius avait fait l'école de magie, il avait des années d'expériences derrière lui et un pouvoir qui ne lui avait jamais fait défaut. Il ne s'inquiétait pas.

    - On... m'a payé. M... mais je n'ai pas le droit de parler, s'il vous plait !

    123
    Vendredi 21 Décembre 2018 à 18:46

    Cette révélation acheva la jeune Boicendré. Un commanditaire ? Et si c'était bel et bien une menace ? Une mise en garde ? Elle vit trouble

    - Allez l'enfermer au cachot, nous continuerons cette conversation plus tard. Réfléchissez, monsieur, chaque mots justes vous sera toujours favorable. La fidélité de paye pas toujours… 

    124
    Vendredi 21 Décembre 2018 à 19:06

    Malgré les protestations du chasseur, le garde présent s'en saisit sans ménagement et le conduisit à l'extérieur. Drakius avait beau avoir modifié ses souvenirs, les interventions extérieures restaient toujours floues ou s'inscrivaient parfois mal dans l'esprit des gens. Il allait devoir garder un œil sur lui.

    - Madame ? fit-il mine de s'inquiéter. Tout va bien ?

    125
    Lundi 24 Décembre 2018 à 11:44

    Krysta mit un petit temps à répondre. Elle ne sut si elle devait se confier ou non. Mais si Darkus le faisait remarqué, c'est qu'il savait déjà. 

    - Ca va. J'ai peur. C'est tout. Avoua t-elle alors partiellement. 

    126
    Lundi 24 Décembre 2018 à 12:37

    Drakius lui fit son plus beau sourire attristé.

    - C'est normal. Le monde est fou. Mais chaque chose en son temps... Nous allons nous occuper de cette menace sur Boiscendré.

    127
    Lundi 24 Décembre 2018 à 13:01

    Ces mots rassurèrent la jeune fille qui esquissa un sourire. 

    - Bien. Comment comptez vous vous y prendre ? 

    128
    Lundi 24 Décembre 2018 à 14:53

    - Ce chasseur est déjà une bonne piste. Il finira par parler, et nous pourrons remonter jusqu'au commanditaire. Avec un peu de chance, il y a de quoi retourner tout le complot qui visait votre famille.

    129
    Jeudi 3 Janvier 2019 à 09:05

    Elle hocha sagement la tête. Voilà qui était bien. Elle espérait que la pratique soit aussi facile que la théorie, bien que ce soit rarement le cas. 

    130
    Jeudi 3 Janvier 2019 à 11:04

    - Bien... Sur ce, madame, je vous laisse à nouveau. Vous devez avoir besoin de repos.

    131
    Jeudi 3 Janvier 2019 à 22:10

    - Merci. 

    Elle le salua et repartit dans sa chambre

    132
    Jeudi 3 Janvier 2019 à 22:23

    Drakius la suivit du regard. Jusqu'ici, tout se passait bien, mais il n'aimait pas trop la présence de ce maître des espions, ni l'expédition envoyée à Montdesbrumes. Si il leur arrivait un malencontreux accident sur la route ?... Non, trop louche. Il allait juste devoir faire confiance à sa capacité à convaincre les foules.

    (Pour ma part, rien à faire jusqu'au prochain interrogatoire du chasseur. De ton côté ?)

    133
    Vendredi 18 Janvier 2019 à 19:27

    (non non ^^)

    134
    Vendredi 18 Janvier 2019 à 19:31

    (Bon bah... Lendemain ici aussi alors !)

    135
    Samedi 19 Janvier 2019 à 18:28

    Drakius avait passé une nuit supplémentaire dans sa chambre prêtée par Krysta. Il commençait à trouver long ce séjour loin de la Forteresse, mais c'était un mal nécessaire.

    Vêtu de frais, il faisait les cent pas dans le hall commun en attendant la Dame. Aujourd'hui, le chasseur devait être à nouveau interrogé dans l'espoir qu'une nuit en prison lui ait rafraichit les idées.

    136
    Lundi 21 Janvier 2019 à 07:18

    Krysta fit son apparition dans la pièce sûrement moins pressée que Darkus. Mais elle faisait ce qu'on lui demandait de faire et se tenait maintenant prête. Elle le rejoignit et le salua 

    - Savez-vous somment est ce que cela doit avoir lieu ? Demanda t-elle par la suite. 

    137
    Lundi 21 Janvier 2019 à 13:30

    - Tout dépend si vous préférez un jugement officiel en bonne et due forme ou un interrogatoire plus confidentiel directement dans vos prisons.

    Dans le premier cas, Drakius était sans filets. Il ne pourrait pas prendre le risque d'utiliser sa magie devant une assemblée de nobles dont certains pouvaient être entraînés en psychisme, et devait donc faire confiance à son emprise de la veille et à ce qu'il avait cru voir du chasseur. Dans l'autre cas, il pourrait toujours intervenir pour rétablir la situation mais l'impact des révélations serait moins important sur la cour de Brumécorce. En bref, il laissait libre choix à Krysta car les avantages et inconvénients se valaient.

    138
    Lundi 21 Janvier 2019 à 15:08

    Elle réfléchit tres rapidement avant de répondre 

    - Ne dérangeont pas les survivants avec une affaire d'une dame sans noblesse. Allons aux prisons. Si l'affaire s'avère plus compliquée et révélatrice, nous en feront par aux autres. 

     

    Un homme habillé sans richesse et avec simplicité les avait observé discrètement de loin et n'entendait qu'à peine leur conversation. Il était resté jusque là tapis dans l'ombre d'un couloir puis, quand il vit qu'ils allaient prendre le chemin des prisons, il se remit a balayer le sol. Bien qu'aucun des deux nobles ne devait l'avoir appercu et n'allaient emprunter ce couloir, il était toujours plus sûr de reprendre son activité. 

    139
    Lundi 21 Janvier 2019 à 15:57

    Drakius accepta le choix de Krysta sans rechigner. C'était d'ailleurs l'option la moins risquée pour lui. Tout à ses projets futur, il ne fut pas plus attention au balayeur.

    (On continue à la caserne ?)

    140
    Lundi 21 Janvier 2019 à 17:22

    (heureusement qu'il n'y fit pas attention a bon balayeur tient !) 

    (Yep !)

    141
    Mardi 22 Janvier 2019 à 12:25

    Le balayeur attendit que les deux personnes sortent du donjon pour traverser d'un pas rapide la pièce et rentrer dans le couloir des serviteurs puis dans sa chambre. L'angoisse était montée en lui. Il n'avait jamais servit à rien mais pour une fois, son instinct lui criait d'agit. Il fallait que Port-les-Mouettes sache. L'homme, alias Machel, se changea pour enfiler des vêtements qu'il s'était acheté avec l'argent de son travail à brumécorce. Il n'y avait donc pas d'amalgame à faire. Puis, une fois fait, il sortit du donjon et attendit d'atteindre les rues et la foule pour se mettre à courir le plus rapidement qu'il pouvait. 

    142
    Samedi 2 Février 2019 à 20:17

    La troupe de garde suivait Krysta de près, mains au pommeau. Drakius marchait à leur rythme, mais un peu en retrait. A moins que la situation ne chauffe trop, il comptait rester en spectateur le plus longtemps possible.

    143
    Mardi 5 Février 2019 à 07:58

    (désolé je voulais répondre ce weekend mais j'ai toujours pas eu le temps et j'ai de nouveau une semaine chargée... Je voulais m'appliquer encore...)

    144
    Mardi 5 Février 2019 à 09:04

    (T'inquiètes pas je t'ai dis ! On a un peu avancé ce week-end, c'est déjà pas mal, et dans les périodes chargées c'est bien d'avoir ses priorité.)

    145
    Vendredi 8 Février 2019 à 19:09

    Krysta s'était préparée le temps de la route. Ils rentrèrent dans le donjon. C'est à ce moment que l'intendant traversa la pièce d'un air préoccupé. Veut-il manigancer ma mort ? se dit-elle avant de réagir avant qu'il ne disparaisse 

    - Messir grisfutail ! Lança t-elle d'une voix plus forte que prévu. 

    (tu veux le faire ou pas ?) 

    146
    Vendredi 8 Février 2019 à 22:04

    (No problem !)

    L'intendant se trouvait presque à la sortie lorsque la voix de Krysta résonna clairement dans le hall. Il se figea, sentant probablement que quelque chose ne tournait pas rond.

    - Dame Krysta ?

    Il se retourna lentement. Drakius nota que, comme par hasard, il avait cette fois nommé la jeune femme par son titre officiel.

    147
    Samedi 9 Février 2019 à 21:38

    Krysta sentit ses jambes se mettre à trembler malgré ses efforts. Il lui fallait être forte et ferme. Qui plus est que les gardes derrières elle avait tous l'attente d'une femme apte à prendre les rênes de la région en main. Il ne lui fallut qu'une pensée pour ne pas prendre pitié de l'intendant : il avait tué toute sa famille. La jeune fille se le répéta plusieurs fois dans sa tête en y mettant de plus en plus d'intensité. 

    La voix de l'intendant la sortie de sa mise en fureur volontaire. Il ne lui fallut que se sentir relever le menton pour avoir l'impression d'être puissante. Elle annonça alors. 

    - Je vous arrête pour complot et meurtre de la famille Boicendré. 

    Cette annonce donna la liberté aux gardes de se ruer, d'une démarche frappante, sur l'homme avant qu'il n'ait le temps de se sauver. Ou même de réaliser ce qui lui arrivait. Ce ne devait pas être facile, de se sentir prit au piège après avoir manigancer un attentat dans ces mêmes lieux. 

    Krysta s'accorda cette petite victoire pour pouvoir reprendre, peut-être avec plus de naturel, la prochaine fois. 

    148
    Samedi 9 Février 2019 à 22:41

    Il n'eut pas le temps de comprendre, de protester, déjà les gardes étaient sur lui.

    - Ma dame ? Mais...

    On l'emportait hors de la pièce, et ses efforts pour se dégager restaient vains face à la poigne des soldats.

    - Vous vous en êtes très bien sortit, la félicita Drakius.

    Il était resté en retrait tout du long, simple spectateur, se délectant de l'allure que prenaient les évènements.

    149
    Lundi 11 Février 2019 à 15:07

    Krysta adressa un sourire soulagé a Darkus lorsqu'il l'a félicita. Elle se sentit rassurée et continua 

    - Vous aurez le droit de parler lors de votre interrogatoire. Jusque là, vous êtes prié de garder le silence. Suivez nous. 

    Elle tourna a nouveau les talons, plutôt fière de n'avoir pas entendu sa voix trembler pendant ses quelques phrases. 

    La troupe ressortit du donjon pour se rendre à nouveau en prison. 

    150
    Lundi 11 Février 2019 à 21:51

    L'intendant, malmené par ses gardiens, n'avait pas d'autres choix que d’obtempérer. Il n'avait même pas dû comprendre ce qui lui arrivait.

    Drakius suivit le mouvement en s'efforçant d'effacer son sourire moqueur de son visage. D'une pierre deux coup : avancer dans son emprise sur Brumécorce, et prendre sa revanche sur cet intendant trop sûr de lui.

    (Etttt re-suite là bas.)

    151
    Mardi 21 Mai 2019 à 21:52

    Drakius s'était séparé du reste de son escorte vers la caserne, où il avait échangé quelques rapides paroles avec ses soldats les plus bavards. Il était ravi de la relation de fidélité qui pouvait se tisser lorsque les hommes avaient l'impression de se rendre utiles ou d'être appréciés. Les mercenaires c'était différent : ils étaient pratiques, mais surtout pour grossir les rangs lors de batailles de front. On ne pouvait pas sincèrement leur faire confiance.

    De retour au donjon, il ne remonta pas directement à sa chambre. Il guettait le retour de Krysta dans l'espoir de pouvoir échanger quelques mots avec elle sans toute la foule et les oreilles indiscrètes des ruelles.

    152
    Vendredi 24 Mai 2019 à 22:44

    Krysta s'était arrêtée aux portes du donjon et l'observait un instant. Elle tourna rapidement la tête vers les gardes 

    - Vous pouvez me laisser. Leur dit-elle pour espérer se retrouver seule. 

    Maintenant que le meurtrier était contrôlé, elle retrouvait cette impression de sécurité. Elle le contempla, détailla, s'attarda sur les détails. Tout était comme si elle n'était jamais partit. A l'exception de sa famille. Mais sinon, rien avait changé. Son cœur se fit un peu plus entendre dans ses tempes. Elle se demanda qui avait put engager messire Grisfutail pour avoir un travail aussi propre. Tout était intacte. Seule l'ombre de la mort était passée. Elle avait frappé sa demeure sans crier gare et était repartie, sans d'autres mots. C'était étrange, habituellement, lors d'un meurtre, on ressent encore le crime. Le violence du soir. On entend presque raisonné les cris de la victime, terrorisée. Ici, rien. Personne ne lui avait décrit une scène de massacre. Seul l'endroit où son frère avait essayé de sauter, et s'était ouvert le crane sur un cailloux trop pointu. 

    La jeune femme observa encore, parcouru les fenêtres. Le tout était d'un calme affolant. Il n'y avait décidément eut aucune peur le soir de l'attentat ? Ce lieu était encore emprunt d'innocence noire. Qui es-tu donc pour réussir ceci ? Comment peut-on laisser cette impression après un tel acte ? Elle ne put s'empêcher de féliciter cette personne. Une question restait : comment avait-il tué le donjon sans faire couler de sang ? 

    A en regarder les visages, seule la tristesse persistait. Elle ne vit aucune crainte que le donjon soit à nouveau frappé par le sombre démon. Seule la tristesse et le deuil. Comme lorsqu'on se promène dans les terres arides et infertiles, noires et dures de la plaine rocailleuse. Une impression de déjà vu s'en suivit. Un rien, un effleurement. Juste un frisson. Elle eut aussi peur de ce meurtrier que les Sombreval dans les histoires de ses nourrisses.  

    La volonté de ne pas retrouver l'insécurité dans laquelle elle s'était plongée en arrivant la fit taire et elle cessa d'observer ce lieu. Il devait retrouver la féérie de l'enfance. Et les Sombreval n'étaient pas comme dans les histoires. Darkus lui prouvait, Karl lui avait également montré. En parlant de lui, ne lui avait-il pas promit de venir la voir ? De venir l'encourager ? Elle aurait tellement voulu être psychique pour avoir de ses nouvelles. Et elle le savait sur la route, il serait inutile de lui écrire. Krysta se moqua d'elle. Voyons, Karl n'était vraiment pas du genre à ressentir quoi que se soit face à une lettre soigneusement écrite. Elle se demanda même s'il ne serait pas capable de la jeter sans même la lire. Elle n'avait plus qu'à prendre son mal en patience et espérer qu'il tienne sa promesse. Ressentir quoi que se soit… décidément, elle n'arrivait pas à choisir les bons mots pour se rassurer. Bien sûr que si, il avait des sentiments. Elle en était persuadée. Un homme de pierre, ça n'existe pas en réalité. Avec Idylle tient, il n'y a pas plus aimant. Et si on aime les animaux, on peut aussi aimer les humains, cela va de soit ? 

    Krysta s'était éteinte au fur et a mesure de ses songes. Détailler le donjon ne l'avait pas rassuré et l'avait lassé de tant de peur et de barbarie. Elle était lessivée. Et repenser à Karl et au sentiment de bien-être (artificiel) qu'elle ressentait à ses côtés l'avait plonger dans une sorte de nostalgie passagère. Heureusement; Darkus était encore là et avec lui dans les parages, elle se sentait capable de se reposer sur ses deux épaules de commandant et homme de pouvoir hors pair. Il pensait à tellement de choses en même temps sans jamais se mélanger ni montrer un seul signe de fatigue qu'elle était impressionnée. 

     

    153
    Vendredi 24 Mai 2019 à 23:30

    (Si elle savait... XD)

    La "dame de Boiscendré" mit son temps avant d'arriver. Et lorsqu'elle fit enfin son entrée dans le donjon, Drakius prit sur lui pour ne pas l'aborder directement de façon trop brutale.

    Il se débrouilla pour paraître plus ou moins surprit de son arrivée et d'aller vers elle comme par opportunisme.

    - Ha, Dame Krysta... Pourrions-nous échanger quelques mots tranquillement ?

    154
    Samedi 25 Mai 2019 à 06:35

    (xD oui ! D'ailleurs j'ai essayé de parsemer la réponse de l'identité du meurtrier dans le texte. Est-ce que ça se voit un peu ?) 

    Darkus la ramena une nouvelle fois a la réalité. Décidément, il tenait a lui laisser les deux pieds que terre. Et il avait raison. En parlant du loup. se dit-elle presque amusée.

    - Oui bien sûr. (Elle se mit a marcher pour rejoindre un coin plus tranquille du donjon) de quoi voulez-vous parler ? 

    155
    Samedi 25 Mai 2019 à 10:23

    (En tout cas, pour moi qui sais, oui.)

    Tout en marchant, il évitait résolument de croiser son regard.

    - Je ne vais pas y aller par quatre chemins...

    Cette fois, il tourna les yeux vers elle, fixés dans les siens.

    - Nous avons un ennemis commun. Ces hommes du sud, trop bien ancrés dans leur petite alliance, trop égoïstes pour s'embêter à considérer les régions moins fertiles ou favorables... Et pourtant, quand leur précieuse paix est en danger, il se souviennent brusquement que vous existez et ils cherchent à vous éliminer. Je vous le demande sincèrement : Dame Krysta de Boiscendré, êtes-vous prête à rejoindre notre cause ? Vos hommes de sont pas grand chose face aux armées de Montdesbrumes ou de Sableblanc, mais la moindre flèche au service de la rébellion peut faire changer le cour de l'Histoire.

    156
    Samedi 25 Mai 2019 à 20:59

    Krysta parut surprise, puis au final, ne l'etait plus. Elle ouvrit la bouche, avant de se raviser et se dire que cette demande méritait d'être meditée. Sa première première pensée était plutôt négative. Elle avait peur que les hommes qu'elle commandait a present n'acceptent pas. Ou bien que sa participation ne change rien. Car comme l'avait dit Darkus, c'était sûrement minime. Et son père avait toujours tenue a rester neutre. Devait-elle changer cela ? Avait-elle le droit de le faire ? Mais d'un autre côté, elle lui devait quelque chose. Quelque chose de gros pour ce que Sombreval avait fait pour elle. Et se regard insistant qik avait posé sur elle l'intimidait. Comment pouvait-on avoir des yeux rouges ? 

    - Darkus... (elle se mit a trifouiller ses doigts) je vous dois bien tout ce que vous avez fait pour moi. J'accepterai sans réfléchir, si cela m'engageait, seulement moi. Mais voilà... Les hommes d'ici on grandit sous les règles de mon père. Ils ont grandit pour n'accepter aucune union, seulement des ententes. Je doute fortement de les voir me suivre a vos côtés aussi facilement. Je crains même qu'ils me rejettent... je n'ai pas votre éloquence et votre assurance pour faire changer une idéologie d'un peuple. 

    157
    Samedi 25 Mai 2019 à 21:10

    Il accompagna la réponse d'un léger sourire.

    - Je comprend votre réaction, madame, et elle vous honore. Si vous m'y autorisez, je demanderais volontiers son avis à votre peuple lui-même, en une proposition publique et officielle. Ainsi nous verrons comment se positionnent vos hommes ?

    Peu de temps après le procès, toujours dans le souvenir du meurtre et la colère vis-à-vis des responsables, il comptait bien sur une foule manipulable à souhait si on lui en laissait l'occasion.

    158
    Dimanche 26 Mai 2019 à 13:40

    Elle sourit à son tour. Darkus était vraiment un super type. Quelqu'un qu'il fallait garder auprès de soit. Elle se promit d'y être fidèle et elle espérait vraiment pouvoir le satisfaire autant que lui le faisait. 

    - Ce serait merveilleux. Et je serais à vos côtés pour le faire. 

    Elle représentait sa famille à présent et elle était certaine que si elle laissait au peuple cette liberté de choix, elle se devait de les accompagner, dès le début. 

    159
    Dimanche 26 Mai 2019 à 15:47

    Le mage élargit son sourire.

    - Dans ce cas, je serais libre quand vous le souhaiterez.

    Il ne pouvait bien entendu pas utiliser son pouvoir à l'échelle d'une foule, malgré son don développé. Mais il ne doutait pas de ses capacités d'orateur qui, couplées à l'aura d'autorité de Krysta et à la colère générale, devraient largement suffire à convaincre la majorité. Il suffisait de voir la violence contenue dont avaient fait preuve les habitants pendant le procès : sans la fidélité des gardes, le pauvre intendant aurait bien pu finir lynché avant même l'arrivée du témoin.

    160
    Dimanche 26 Mai 2019 à 18:44

    - Je pense qu'il est peut-être préférable de les laisser digérer cette première partie. Nous pourrions les réunir demain ? 

    Elle ne voulait pas s'imposer de trop. Elle trouvait être déjà bien assez présente pour eux. C'était étrange mais il était vraiment étrange pour elle qu'ils l'acceptent sans la critiquer. Il y avait toujours des personnes pour le faire ou pour lancer des théories idiotes. Elle ne voulait pas les brusquer. 

    161
    Dimanche 26 Mai 2019 à 18:55

    - Cela me semble raisonnable. Sans compter ces annonces pour votre conseil.

    Tout compte fait, il espérait pouvoir parler avant cette idée de conseil ne devienne trop sérieuse. Tant qu'il n'y avait que Krysta d'un côté et leu peuple de Brumécorce de l'autre, la partie semblait aisée, mais il ne voulait pas de quelqu'un d'autre dans ses pattes du même genre que Flore ou que le maître-espion qui devait toujours rôder avec ses toutes ses oreilles indiscrètes.

    162
    Dimanche 26 Mai 2019 à 19:02

    Elle hocha la tête. 

    - Oui en effet. 

    S'il ne voyait rien d'autre à ajouter, elle était prête à regagner ses appartements, s'y enfermer et s'affaler sur son lit pour n'en sortir que… Qu'au lendemain. Ou si on avait besoin d'elle. Pourtant, on était encore qu'en début de journée. Fin de matinée même. Mais elle voulait juste… se couper du monde. 

    163
    Dimanche 26 Mai 2019 à 19:18

    La discussion étant close, Drakius salua enfin Krysta.

    - Sur ce... Bonne fin de matinée, madame.

    164
    Dimanche 26 Mai 2019 à 20:41

    Krysta ne put s'empêcher de balbutier. Madame. il l'avait bel et bien nommé de cette manière. Venant d'un homme qui ne disait jamais un mot sans y avoir pensé, c'était surprenant et gratifiant. Elle était donc digne d'en être une. Elle grandissait. 

    - A vous aussi. 

    elle attendit qu'il parte avant de se demander si, en fin de compte, elle avait vraiment envie de perdre son temps dans sa chambre. La vie était trop courte. Elle devait devenir un dame, autant dans ce qu'elle devait faire, montrer, et enfin penser. C'était comme si Krysta se faisait sa propre thérapie. 

    165
    Dimanche 26 Mai 2019 à 22:36

    Après avoir quitté la jeune femme, Drakius ne tarda pas à rejoindre sa chambre. Il n'avait pas particulièrement usé de magie aujourd'hui, à part pour forcer l'esprit de l'intendant, ce qui n'étant en somme qu'une formalité. Mais il se sentait tout de même las, de devoir continuellement surveiller ses faits et gestes en plus de ceux de son entourage. Il allait tenter, en profitant de ce temps libre, de voir comment évoluait la situation à Port-les-Mouettes, par les yeux de son pantin en armure. C'était potentiellement dangereux, mais il ne comptait pas rester plus de quelques instants dans son esprit, juste le nécessaire pour piocher les informations et repartir. Il s'était suffisamment entraîné sur lui pour le retrouver malgré malgré la distance...

    166
    Lundi 27 Mai 2019 à 15:57

    (perso, je ne vois pas vraiment quoi faire) 

    167
    Lundi 27 Mai 2019 à 18:42

    (Je ferais mon RP de mon côté, mais ce il n'est pas très intéressant. De toute façon, quand on retournera sur la capitale, tu seras mise au courant. Mais bref, si on n'a rien de plus à faire pour cette journée, on peut passer à la suivante. On se rapprochera encore un peu plus de la timeline de Karl.^^)

    168
    Lundi 27 Mai 2019 à 19:03

    (mais c'est que tu comprends bien !) 

    169
    Mercredi 29 Mai 2019 à 13:36

    (Go alors...)

    Drakius était sur pieds dès la première heure. Soucieux, il mit un certain temps à concocter l'expression idéale pour aller retrouver Krysta : pas trop sûr de lui, mais pas impressionné non plus. Avec un peu de chance, dès le lendemain il pouvait être de retour vers sa forteresse de Sombreval.

    170
    Mercredi 29 Mai 2019 à 15:36

    Krysta mit du temps avant de se réveiller, tout comme elle avait mit du temps avant de s'endormir la veille. Elle se redressa de son lit et parcouru sa chambre du regard. Elle n'en revenait toujours pas. 

    La jeune fille tâcha de se préparer. Elle s'habilla d'une robe verte et doré, au col resserré et strict. (si ça intéresse quelqu'un). Elle se coiffa de quatre nattes : Deux partant de chaque côté de la tête et se rejoignant en une natte derrière, épie de blé. Et deux autres en dessous. (ici aussi). Plutôt satisfaite pour un fait main, elle se releva et sortit. 

    Elle ne savait pas vraiment par quoi commencer : voir si des lettres de candidatures étaient arrivées ou aller retrouver Darkus pour savoir ce qu'il comptait dire lors de sa demande envers le peuple. 

    171
    Samedi 1er Juin 2019 à 17:17

    (ça va Plummi ?) 

    172
    Dimanche 2 Juin 2019 à 10:41

    (Désolé, j'aurais dû prévenir : on est parti pour le pont et depuis mercredi je n'avais aucun moyen d'accéder à internet. Du coup je suis dans la voiture, je répons partout cet aprem. ^^)

    173
    Dimanche 2 Juin 2019 à 12:36

    (Ah d'accord ! Pas de soucis, justd je m'inquietais un peu : c'est rare de te voif partir sans etre prevenu ;) pas de soucis, j'ai pus avancer.... heu... chut. Ca c'est bien passé ?)

    174
    Dimanche 2 Juin 2019 à 13:30

    (Ouaip, j'aurais dû prévenir...

    Si ça s'est bien passé ? C'était génial ! Camping itinérant dans les Alpes, autonomie totale... Enfin, on s'est un peu gelé le premier soir, on a galéré le second à trouver de l'eau et de la place aussi près d'une ville, et mes pieds crient au supplice... Mais c'était trop bien. ^^)

    175
    Lundi 3 Juin 2019 à 16:20

    (c'est toujours ce genre de mauvaises mésaventures qui font les souvenirs les plus persistant. Et qui nous fait rire quelques jours après :D) 

    176
    Lundi 3 Juin 2019 à 16:46

    (C'est ça. Parce que sur le moment, on rigole un peu moins. Quoique... XD)

    177
    Lundi 3 Juin 2019 à 18:40

    (oui ^^ 

    quoique… Il arrive quand même de se moquer de sort) 

    178
    Samedi 11 Janvier à 15:41

    Le petit cortège rentra au donjon. Darkus venait d'annoncer au peuple que Brumécorce rentrait en guerre contre la couronne. Un discourt fort remarquable qui eut don de mettre d'accord tout le monde présent. C'est sincèrement soulagée et d'un pas détendu que Krysta rejoignait sa demeure.  Pourtant, ce qu'ils venaient de faire était de loin le plus facile mais la jeune fille avait encore du mal à se rendre compte de l'importance de la décision. bien sûr, elle savait que cette décsion n'aurait pas dut être prise à la légère et pourtant, dans la bouche de Darkus, elle sonnait tellement simple et évidente que Krysta n'aurait pas put mieux agir. Selon elle, c'est le destin. 

    Le  coeur encore léger, la jeune fille se tourna vers son nouvel allier. Elle s'apprêta à parler mais eut l'once d'une hésitation. Devait-elle le dire ou prendre la décision seule ? C'est très rapidement qu'elle jugea meilleur de demander à Darkus, lui qui avait toujours les bonnes réponses :

    - Messire Darkus, dois-je informer les familles d'Ethanor de "ma prise de position" politique ou est-il préférable de ne rien officialiser pour le moment ? 

    Sa raison lui criait d'informer tout le monde. Ils étaient dans leur droit de savoir, quand bien même elle devenait officiellement leur énermie. Et pourtant, une autre partie d'elle lui soufflait de ne rien dire. Il y avait surement du manque de confiance dans cette affaire mais elle sentait tout de même une pensée plus sombre derrière cela. Quelque chose dont elle était incapable d'expliquer. peut-être que la présence du grand homme à ses côtés l'influençait. 

     

    179
    Dimanche 12 Janvier à 18:51

    Drakius marchait la tête haute, le regard porté droit devant lui. Il était encore transporté de sa réussite auprès des habitants comme de Krysta, mais son esprit carburait déjà pour organiser la suite des évènements. La question de Krysta le ramena sur terre.

    Il la regarda quelques instants. Elle n'était pas idiote. Naïve et en manque d'attention, certes, mais pas idiote. Il répondit avec une certaine franchise :

    - L'ennemi nous sous-estime pour l'instant, et c'est un atout. Nous serions bêtes de perdre cet atout gratuitement avant même de l'avoir tourné à notre avantage. Je me dois de vous rappeler que les armées du sud sont en avantage numérique...

    Avantage numérique qui se réduisait petit à petit, mais qui était loin d'être comblé. Même avec Tertrefort et Boiscendré, Drakius se savait encore loin du compte... Et ils n'avaient pas les mages. Toujours pas de nouvelles de Lewis et de la Tamarie, qui plus est...

    180
    Lundi 13 Janvier à 07:43

    C'est donc son petit démon qui prenait le dessus. Elle rangea cette constatation dans un coin de sa tête et aquiessa silencieusement. 

    - d'accord, merci. 

    Krysta regarda à nouveau devant elle, pressée de rejoindra sa chambre pour se remettre de ses émotions. 

    181
    Lundi 13 Janvier à 08:19

    Drakius s'alarma du manque d'enthousiasme de Krysta à cette idée, mais n'en montra rien.

    - Toutes ces question seront traitées avec le conseil, dès que vous en aurez un. Ce qui ne devrait plus tarder, je l'espère. Je laisserai un de mes hommes comme intermédiaire, pour les affaires de guerre.

    Drakius n'aimait jamais vraiment reléguer les tâches délicates à d'autres que lui, mais il ne pouvait pas être partout à la fois. Pour brosser cette toute nouvelle alliance dans le sens du poil, il allait devoir laisser un de ses fidèles partisans. De préférence, doué de psychisme, afin de rester en contact permanent avec lui.

    182
    Lundi 13 Janvier à 19:35

    - Le plus tôt sera le mieux. Aprouva t-elle calmement. Elle sentit néanmoins une petite pointe au creux de son coeur : Darkus n'allait pas pouvoir rester éternellement et pourtant elle s'était tellement faite à sa présence qu'elle se voyait mal oeuvrer sans lui. Sans sa logique et ses conseils apaisants, sans sa force et sa détermination. Il était un vrai moteur, un modèle pour tous. Et pour elle. 

    Elle devait profiter de sa présence encore pour le temps qu'il lui restait. 

     

    (d'ailleurs, en parlant de psychique, je peux faire venir Karl dans la soirée ? Il avait promit de passer un coup dans sa route vers les Mont brumeux. Et ça fait un moment qu'il est en voyage...) 

    183
    Lundi 13 Janvier à 20:33

    - En attendant, c'est beaucoup d'émotions pour une journée, conclu-t-il. Les réponses à l'annonce pour le conseil ne tarderons plus à affluer, et pour ma part je devrais être sur le départ d'ici quelques jours, le temps de rassembler mes hommes.

    A vrai dire, il aurait préféré être présent pour assister au choix des conseillers (et l'influencer au mieux). Mais son retour à la Forteresse n'avait que trop tardé, avec les problèmes qui s'étaient déclarés entre-temps. Il restait ici quelques ombres au tableau, comme ce chef des espions un peu trop fouineur ou cette fameuse Fleur... mais dans tous les cas il avait le soutient officiel de Krysta au regard de la population. C'était le mieux qu'il puisse faire.

    - Bonne fin de journée, Madame.

     

    (Mais bien sûr ! Quand tu veux.)

    184
    Mardi 14 Janvier à 18:20

    Quelques jours ? il comptait les quitter dans quelques jours seulement ? Elle ne se sentait pas prete à oeuvrer sans lui. Quand bien même elle aurait un conseil. Seulement, elle ne pouvait pas le retenir et se voyait très mal essayer quoi que ce soit dans ce sens. Qui plus est qu'il avait beaucoup de choses importantes à faire chez lui. Elle equissa silencieusement et répondit d'une petite voix  : 

    - A vous aussi, Messire Darkus. 

    Après quoi elle ralenti l'allure afin de le laisser prendre de l'avance et pouvoir rentrer dans sa chambre sans le talonner. 

    185
    Mardi 14 Janvier à 19:07

    (Bon, je continue dans la chambre et tu peux rappliquer avec Karl.)

    186
    Mardi 14 Janvier à 19:25

    (d'accord !)

    187
    Samedi 9 Mai à 10:35

    Calme…. contrôle… bonne humeur… Était-ce des mots si difficile à mettre en place ? Aller Karl, un petit effort… l'après-midi vient à peine de commencer. Que devait-il faire déjà au Donjon ? Il n'en savait rien et décida de regagner sa nouvelle chambre. 

     

    188
    Samedi 9 Mai à 10:52

    (Ma foi, je ne fais plus que Drakius au sein du donjon, et il est sûr le départ. Je proposerais bien de passer à une nouvelle journée, au moins ici, si tu n'as rien d'autre à faire. Ça ne bouge plus trop en ville, elle nous rattraperont...)

    189
    Samedi 9 Mai à 11:02

    (ok ça me va ! :D attends mais… et mon combat du soir ? :'/ Je voulais me battre un coup contre toi au bâton he ça fait si longtemps, faut pas qu'on perde la main sur les combat ! (non, c'est une excuse bidon. J'avais juste envie de me castagner avec toi, tout cour he)

    190
    Samedi 9 Mai à 11:09

    (Combat au bâton ? Contre qui ? Ha oui, les punchingball... J'avoue, j'avais oublié ça... Mais maintenant que tu le dis j'ai bien envie aussi ! Avec des soldats de Krysta du coup, de la garnison de Brumécorce...)

    191
    Samedi 9 Mai à 11:12

    (On passe au soir alors ?! biggrin)

    192
    Samedi 9 Mai à 11:14

    (Yep !!! Y'a pas d'article de cour, dans ce donjon... Mais comme à la Forteresse, on va dire que c'est ici.)

    193
    Samedi 9 Mai à 11:51

    (ok nickel ! J'ouvre le bal alors biggrinhe)

    Karl était remonté dans sa chambre et avait surpris deux servantes occupées à ranger des vêtements. Des vêtements qui n'étaient pas les siens d'ailleurs. En l'apercevant, elle n'avaient put s'empêcher de bégayer les ordres qu'elles avaient reçues, expliquant leur intrusion. "Dame Krysta nous a dit de vous donnez des vêtements plus convenable… " Krysta avait pensé à lui et à ses horribles habiles de voyageur ? C'était soulageant. "Merci. Vous pouvez disposer." Elles étaient donc reparties et Karl avait tâché de se changer. Il n'y avait pas l'embarras du choix mais largement de quoi le satisfaire. Il avait donc opté pour la tunique et un pantalon bruns, son surcot et ses bottes de cuirs noirs. Il était déjà plus présentable et restait à l'aise pour l'entrainement de ce soir. 

    Lorsque le soleil avait entamé son déclin, Karl avait abandonné Krysta pour se rendre dans la cour. Wood et Granbleu l'y attendait. Il était temps de fatiguer l'infatigable.

    - Nous allons faire l'attraction du soir. Lança le blond (Wood) en tendant un bâton à Karl. Celui-ci hocha la tête sans se donner la peine de répondre : il s'en moquait bien.

    - Vous ouvrez le bal ? Questionna t-il en donnant quelques mouvements souples afin de se familiariser avec son...arme. Il ne ressentait plus autant de fureur mais sentait déjà des fourmis dans ses bras. Pourvu qu'ils ne tardent pas ! 

    - Tout a fait, répondit Granbleu en se présentant à lui, tendis que Wood reculait de quelques pas. 

    - J'espère que vous aurez l'amabilité d'échauffer mes vieux muscles… Bougonna l'ancien en faisant quelques moulinets du bras. 

    Wood avait rejoint le groupe de soldats et chevaliers. Ils allaient tous attendre leur tour et combattre jusqu'à ce qu'un capitule. 

    Karl ne se souvenait pas s'être déjà battu contre ses hommes. Jamais d'ailleurs, c'est pourquoi il ne s'impatienta pas et prit le temps de jauger Granbleu, et inversement. Les deux hommes entamèrent un mouvement dans une synchronisation parfaite. Un piqué droit pour l'ancien, un choix plus latéral pour le jeune. Il s'esquivèrent tout deux et reprirent leur place. Bien. Le combat s'entama alors, enchainant attaque et esquive. Puis esquive et attaque. Rien n'était bien impressionnant jusque là : ils ne faisaient que s'échauffer. Puis, petit à petit, le combat monta en intensité. Les chocs des épées de bois se firent plus audible, et les frappe contre le corps plus franches. 

    Karl retrouva ses réflexes et ses automatismes. Il bougeait peu, mais vite. Il feintait son camarade, faisait mine de partir à un endroit, mais portait son coup ailleurs. Granbleu se chauffa et retira ses gants. Il était un combattant, lui aussi, et ce n'était pas pour rien qu'il était devenu espion. Il en eut assez de voir Karl se jouer de lui et mit plus de tactique afin de le toucher. Là, c'était intéressant. Les pieds devinrent des armes de déséquilibre, la main gauche, autant que la droite, se battait. 

    Karl reculait, puis avançait à nouveau. Ils tournaient, changeaient de place, se frappaient. Quelle sensation grisante ! Un sourire était plaqué sur son visage, plus ou moins tendu suivant les attaques de Granbleu, mais jamais il ne s'évanouissait. 

    Granbleu fit une erreur dans son attaque, Karl conduisit son épée droit vers le sol de la sienne, passa sur son flanc, plia les genoux du doyen d'un coup de pied et lui prit les cheveux d'une forte poigne. Il positionna son épée à la gorge de son fidèle. Vaincu, il lâcha l'épée. En combat à mort, Karl l'aurait égorgé. 

    Puis, ils se relâchèrent et Granbleu put se relever en proposant l'épée de bois à un des hommes autour d'eux. Il passait la relève. 

     

    194
    Samedi 9 Mai à 14:54

    Il y avait là des hommes de la garnison de Krysta ainsi que quelques soldats venus de la Forteresse Noire avec l'escorte de Drakius. Lorsque le bâton fut tendu, deux soldats de Sombreval échangèrent un regard. De l'entraînement, ça ? C'était du massacre plutôt ! Ils étaient tout deux assez jeunes et peu expérimentés, et connaissaient principalement Karl de réputation. La réputation de celui qui libérait les prisonniers pour les donner en pâture à son tigre. De celui qui avait un pouvoir suffisant pour torturer un homme et lui faire oublier juste après ce qu'il avait subit. Et de celui qui en était tout à fait capable.

    En même temps, ils le savaient, il y avait toujours un gouffre entre rumeurs et réalité. N'empêche que pour l'occasion, ils voulaient bien le laisser se fatiguer un peu avant de tenter leur chance. Sans se douter de ce qu'il faisait, c'est un homme de Brumécorce qui saisit le bâton et qui se mit en garde face à Karl.

    - Je suis prêt.

    C'était un soldat brun aux cheveux bouclé, la trentaine environ, avec une barbe un peu négligée de quelques jours. A Sableblanc, on l'aurait sans doute sanctionné pour cela. A Brumécorce, personne n'en avait cure.

    Il portait ses vêtements de service, si bien que ni ses bras ni ses mains n'étaient visibles, mais une vieille griffure au front témoignait d'une certaine expérience. Sa garde de départ était correcte : il pourrait parer le premier coup, quelque soit son origine, pour peu qu'il le voit venir.

    195
    Samedi 9 Mai à 15:29

    ("il y avait toujours un gouffre entre rumeur et réalité" oui. Tout a fait. Les rumeurs qui le poursuivent en est l'exemple. N'est ce pas ? sarcastic)

    Karl avait attendu que quelqu'un se dénonce. Un homme plus âgé s'était avancé et Karl détailla, première étape de l'évaluation. Il remarqua très vite la cicatrice lui barrant le front. Expérience ou accident idiot ? Il ne saurait que dire pour le moment et attendit de le voir en place. Garde de base mais efficace. 

    - Vous venez calmez les ardeurs de la jeunesse ? Lança t-il avec son éternel sourire. Le ton n'était pas à la provocation, mais sonnait plus comme une simple salutation. Pour autant, son visage affichait un air de défi. Il était donc semi provocateur. 

    Le jeune Sombreval prit à son tour position, qui s'avérait peut-être déconcertante : il ne se mettait pas en garde, à première vue, il ne paraissait pas vouloir parer la première attaque mais l'esquiver. S'il n'attaquait pas le premier. Il gardait tout de même une distance plus que respectable pour avoir tout le temps de réagir. L'homme lui faisait trop face pour lui permettre une attaque fructueuse dès le premier coup.

    Le laisser attaque et parer ou l'obliger dès à présent à devoir abandonner sa garde ? Le dilemme était important : Karl ne voulait pas se ridiculiser si simplement devant les hommes de Sombreval et de Brumécorce. Il attendit donc en bandant ses muscles, près à se servir de son bout de bois ou de son répertoire d'esquive rapide.   

    196
    Samedi 9 Mai à 15:43

    (Bien sûr. Voyons. C'est beaucoup trop gros pour être vrai. tongue)

    L'homme ne répondit que par un petit sourire indulgent. Principalement pour ne pas se déconcentrer et perdre sa garde.

    La position de Karl était surprenante : soit il était débutant, soit il était particulièrement sûr de lui. Et vu le combat auquel il venait d'assister, le soldat opta pour la seconde option. Ce simple constat attaqua un peu son assurance. Le jeunot pensait vraiment pouvoir se permettre des fantaisies ? Il se reprit : il avait de nombreuses séances d'entraînement derrière lui, il s'y connaissait. Pas question de rentrer dans son jeu.

    Toujours en garde, il s'approcha donc lentement de Karl pour se placer à portée d'arme. Puis changement de rythme soudain : pointe en avant, il tenta une feinte vers la poitrine pour le forcer à parer sans trop s'engager lui-même.

    197
    Samedi 9 Mai à 16:04

    (Bah oui ! Ca a vraiment l'allure d'histoire pour faire peur aux enfants ! S'il y a une seule part de vrai, je demande à voir… ) 

    Bingo ! Avait eu une chance sur tant d'autre pour faire face à une attaque directe, et l'homme mettait les deux pieds dans le plats ! Karl en aurait sauté de joie comme un enfant. D'un autre côté, pourquoi ne pas faire cette attaque ? Le jeune homme avait laissé son but complètement libre. 

    En même temps que  sa joie, Karl ne perdait pas l'avancée du combat. Son cerveau tournait à plein régime. L'homme avait pointé au milieu, il lui laissait donc le choix d'esquiver autant à droite qu'à gauche. Etant droitier, son épée était tenue de cette main. Dans un mouvement rapide, car il était prêt depuis le départ à toute éventualité, il fit pivoter son buste vers la droite (autant pour esquiver qu'attaquer) et tendit le bras. L'épée adverse se trouvait juste devant lui, et son adversaire à son extrême droite. 

    Il riposta donc avec une attaque directe qu'il porta pile poile dans l'articulation creuse de l'épaule gauche (car j'imagine que l'homme est droitier aussi). Une frappe assez forte pour l'obliger à faire pivoter à son buste à son tour. 

    Seulement dans cette position, l'un comme l'autre était vulnérable. Mais Karl avait tout de même l'avantage de l'avoir blessé en premier (en temps normal). Après sa frappe vive, il ramena très rapidement son épée et la glissa à la verticale contre celle horizontale de son adversaire, de manière à s'en protéger. Il se serait bien permit un coup de pied dans son ventre, mais l'homme ne s'était pas assez avancé dans sa première attaque et se préservait de ce combo. 

    Le Sombreval se contenta juste de repousser l'épée qu'il jugeait trop proche de lui et se remettre en garde (cette fois.) 

    198
    Samedi 9 Mai à 16:23

    Son adversaire avait choisit d'esquiver et non de parer, choix surprenant qui desarconna le soldat. Pas autant que la contre-attaque qui suivit.

    Tout s'était passé en une fraction de seconde, et il put juste se reculer en catastrophe, car en véritable combat sa position aurait été très désavantageuse : il était potentiellement blessé, et son adversaire avait son arme du bon côté pour le toucher en restant protégé. Avec un peu plus d'assurance, il aurait pu tenter un dégagement de son arme pour être à nouveau menaçant, mais tout était allé trop vite et le Sombre al se remettait déjà en garde.

    Comprit. Cette fois, le soldat décida de rester sur la defensive, pointe en avant.

    199
    Samedi 9 Mai à 16:58

    Karl attendit quelques secondes avant de constater l'état bien trop défensif de son adversaire pour tenter une autre attaque ? C'était donc à son tour. Karl n'aimait pas attaquer, il préférait contre-attaquer. Mais, fair-play, il accepta sa position d'attaquant et réfléchit rapidement. 

    Il venait de donner l'exemple d'une contre attaque, qui demandait rapidité et souplesse dans ses mouvements certes, mais toujours possible pour son adversaire de copier. Il devait penser à une autre attaque tout aussi efficace. Ou alors, il devait avoir un coup d'avance. Faire mine de porter une attaque, et frapper autre part, avec autre chose. Cette option lui correspondait mieux, plus fourbe, plus traitre. 

    Le jeune décida de se rapprocher considérablement de son adversaire pour lui porter ce fameux coup de pied puissant dans le ventre. Pour cela, il devait se faufiler sur le côté de son épée. C'était risqué, surtout si les armes n'étaient pas de bois mais de fer. Il s'engagea alors, sans être aussi rapide que précédemment. Chaque mouvement devait être précis et son adversaire devait poser son épée exactement là où il voulait. 

    Pour commencer, il chargea en se mettant de profile pour réduire considérablement la surface de frappe et lui permettre également d'avoir la possibilité de pivoter rapidement. Son épée pointa l'épaule droite de l'homme pour l'encombrer. De cette manière, il ne pouvait pas l'esquiver à droite et ne pouvait pas attaque avec son épée. Il pouvait l'esquiver à gauche, bien sûr. Mais c'était se mettre en danger car son épée se retrouvait dans la même direction que celle de Karl. C'était bon pour toucher un homme derrière soi, pas devant soi. Il se rapprochait aussi du jeune sans pouvoir s'en défendre. Karl espérait donc l'obliger à parer son coup, peu importe le côté, il avait la parade correspondante. 

    200
    Dimanche 10 Mai à 13:20

    Préparé, le soldat vit venir le coup en direction de son épaule. Il fit une parade simple, levant la main pour détourner la lame de son adversaire de sa trajectoire sans cesser d'être menaçant avec sa propre pointe, toujours tournée vers Karl bien que ne protégeant plus le flanc gauche. Mais le bâton du Sombreval était coincé à droite. Le soldat s'attendait à un dégagement de la lame, et s'apprêtait alors à pointer l'avant-bras de Karl pendant l'instant où son épée ne serait plus pointée sur lui (mouvement obligé pour le dégagement, à moins de reculer à nouveau hors de portée).

    201
    Dimanche 10 Mai à 14:16

    Jusque là les gestes de l'homme étaient prévus. Tout pour lui permettre de se rapprocher. Cependant, Karl était en mauvaise posture : son adversaire avait deux possibilité de touches. Soit il décidait de frapper verticalement et dans ce cas, il lui touchait l'avant bras. Soit il frappait horizontalement et dans ce cas, c'est sa gorge qui aurait été touchée. Dans un combat à mort, Karl se serait attendu à la deuxième option et avait misé là dessus pour se rapprocher de son adversaire. Or, son cerveau avait très vite analysé la position de l'épée adverse et avait constaté que son avant bras était visé. 

    C'était très bien pensé. L'homme l'empêchait d'avancer davantage. Karl ne pouvait pas l'obliger à trancher et non piquer. Il devait battre en retrait. 

    C'est donc presque automatiquement, et directement après le réflexe de l'homme que Karl sauta en arrière d'un bon pas afin de ne pas se faire piquer. Il put se servir à nouveau de son épée. Il frappa celle de l'homme  pour repousser la sienne vers la gauche. 

    202
    Dimanche 10 Mai à 19:54

    La distance redevint raisonnable, la tension redescendit. Mais le soldat restait sur ses gardes. Il avait réussit à contrer, mais pas à contre-attaquer. Comment percer les défenses de son adversaire, malgré ses réflexes aiguisés ? L'attaque était dangereuse, mais la défense peu efficace : c'était lui laisser mener la danse.

    Il choisit donc de se montrer à nouveau agressif, sans prévenir, laissant son bâton à gauche de celui de son adversaire et en gardant le contact, pour limiter sa marge de manœuvre. Si il s'était agit de vraies épées, il aurait essayé de coincé la pointe adverse contre sa garde pour empêcher toute contre-attaque. Mais avec leurs simples bouts de bois, c'était impossible. Il se contenta donc d'espérer que sa passe fonctionne. Plus engagé que la première fois, il risquait plus gros si Karl ripostait.

    203
    Lundi 11 Mai à 07:49

    (Désolé, j'arrive pas à   visualiser clairement l'attaque de l'homme he en gros il cherche à toucher quoi ? )

    204
    Lundi 11 Mai à 09:34

    (pardon, c'est vrai que je ne l'ai pas dis... Il vise la droite de Karl, le bras ou l'épaule selon les mouvements adverses.) 

    205
    Lundi 11 Mai à 16:59

    Karl était toujours en position latérale et se baissa pour esquiver l'épée. Il se retrouva à la droite et passa en dessous de l'épée pour se redresser à côté de celle-ci, à sa gauche. Il put enfin donner son coup de pied, qu'il visa bien au creux du ventre, sans même avoir cherché à le faire réellement. Il avait un quelque peu abandonné cette idée en battant en retrait. Mais les attaques toujours directes de son adversaire lui donnait l'embarras du choix quant au choix de ses esquives. Et surtout de ses contres attaques. 

    Il n'en baissa pas sa garde et profita de la proximité pour prendre d'une poigne de fer ce qui devait être le manche de l'épée ennemie, quitte à lui broyer quelques doights au passage. Il donna également assez de force dans son coup au ventre pour le repousser de quelques pas, en espérant (sans lâcher son épée). S'il venait à tomber, il en rigolerait volontier.

    206
    Lundi 11 Mai à 19:45

    Le soldat prit plus cher lors de cet assaut que lors de sa première tentative d'attaque. Beaucoup plus. Surprit par la force du Sombreval qu'il n'aurait pas soupçonné lorsqu'il saisit le manche de son "arme" pour l’immobiliser. Le souffle coupé, quelques instants, il diminua sa poigne sur son bâton et baissa sa garde le temps de se remettre de sa surprise. Cela ne dura qu'un instant, mais c'était certainement suffisant à Karl pour profiter de cette ouverture...

    207
    Lundi 11 Mai à 20:47

    Comment rater une si belle ouverture, en effet ! Profitant de l'absence de riposte, Karl changea rapidement de place sa main tenant l'épée adverse. Il lui prit fermement le poignet et lui tordit comme s'il voulait que sa paume de main touche son avant bras. Il le serra dans cette position pour le faire lâcher. Plus il serrait, moins il pouvait se cramponer au manche de son épée, c'est physiologique (et on dit merci à ma soeur qui fait de L'Aikido et qui m'a fait subir cette torsion du poignet une fois, à la force d'une seule main). De son autre main, Karl leva l'épée pour pointer la gorge de l'homme. 

    Et ce vilain sourire lui restait collé au visage. Il adorait ce battre, on aurait dit un enfant recevant plein de cadeaux. 

    208
    Mardi 12 Mai à 11:20

    Le soldat ne pouvait plus rien faire. Il avait perdu le contrôle du combat et leur position, si ils avaient de véritables épées, aurait signé sa perte. Le combat dans sa totalité avait dû durer une quinzaine de secondes tout au plus. C'était normal en fin de compte qu'un gagnant se désigne en aussi peu de temps. Ce qui était moins normal, c'était la mine de son adversaire. Au delà de la simple fierté de gagner, on aurait dit qu'il jubilait.

    - Ok. J'ai perdu.

    Il lâcha ses mots dans un souffle, prenant en compte le bâton qui menaçait sa gorge. Ce n'était qu'un entraînement, mais il ne se sentait pas en sécurité. Si c'était ça le nouveau garde de Dame Krysta, on pouvait dire qu'elle ne craignait plus grand chose... de l'extérieur. (Si on l'a présenté comme tel en fait. Sinon, ignore cette dernière phrase.)

     

    Drakius, depuis sa chambre, avait entendu les bruits du précédent combat contre Grandbleu. Il avait rejoint la fenêtre et pu profiter du spectacle du second affrontement face au soldat de Boiscendré. Il vit Karl gagner avec efficacité dans un mélange de fierté et de scepticisme. De fierté car c'était bien là un Sombreval, un vrai. Nul n'oserait le fouleur aux pieds. Et il était instrument de sa cause, n'en déplaise à Baudouin. De scepticisme car au delà du simple entraînement, il se défoulait visiblement sur ces hommes. Personne ne devait pouvoir faire le rapprochement avec sa famille, bien sûr, mais si Karl devait rester ici un certain temps... il aurait besoin d'alliés, pas de méfiance. Qu'il s'entraîne si il le souhaite, mais qu'il le fasse avec ces hommes, pas contre eux. Les battre, certes, mais en tant que compagnon et non adversaire. La nuance était subtile, mais évidente aux yeux de Drakius.

    209
    Mardi 12 Mai à 13:31

    (Waaaa Darkus qui parle de fierté ! Impensable. Je le dirais pas à Karl, ne t'en fais pas, mais je me sens touchée pour lui winktongue

    (sinon, oui on peut dire qu'il a été présenté comme tel durant la journée) 

    Son adversaire s'était avoué vaincu. Il lui lâcha le poignet et baissa son épée. Quittant l'esprit de combat, son sourire se fit plus franc et il lui adressa un signe de tête rapide, comme une salutation, en reculant d'un pas afin de respecter les deux espaces vitaux. 

    - Merci. 

    Même si le combat s'était vite achevé, Karl ne le jugeait pas comme un mauvais combattant. Il avait réussi à contrer la seule attaque qu'il avait osé faire. L'ayant fait de manière assez intelligente pour l'obliger à battre en retrait. Le jeune Sombreval n'avait pas l'habitude de se sentir obliger de revenir en arrière pour mieux recommencer. 

    - Vous faites sans aucun doute un bon garde. Vos défenses sont bonnes mais vos deux attaques n'étaient pas choisies à des points stratégiques. Lorsque j'étais de profile, par exemple, viser le haut de mon corps me laissait trop de choix, trop de mobilité. C'est facile de bouger le buste. Vous auriez visé le bassin, je n'aurais pas put me baisser pour vous esquivé et j'aurais dût me servir de mon épée, ce qui vous aurait retiré une inquiétude car je n'aurais pas put contre-attaquer immédiatement. 

    En demandant à Krysta des hommes, les siens avaient bien utilisé le mot entrainement, et l'avait également expliqué de cette manière aux volontaires. Karl se sentait donc obligé de respecter sa part du contrat en donnant des rapides conseils. Il ne voulait pas rabaissé l'homme plus âgé que lui en rajoutant d'autres mauvais points dans son combat. Car la théorie était bien belle mais passer à la pratique était une autre paire de manche. Tout se déroule si vite ! Et Karl ne ménageait pas la vitesse des évènements non plus durant le combat. Faire des erreurs de tactique était normal, et s'il devait revoir son combat, le jeune homme aurait noyé son cerveau sous les reproches. 

     

    210
    Mardi 12 Mai à 14:11

    (N'est-il pas ? Et t'as pas intérêt, sinon je dis à Allister pour la pitié !)

    Le soldat hocha la tête. De son côté, difficile de faire des commentaires sachant qu'il n'avait pas pu réagir et qu'en fin de compte il avait perdu. Aujourd'hui il s'en sortait avec un simple coup au ventre. En véritable combat il ne donnait pas cher de sa peau. Mais c'était toujours le principe d'un entraînement, pas vrai ? Il fallait bien qu'à la fin quelqu'un "meure". Il lui rendit son sourire pour donner le change et fit passer le bâton à un suivant.

    - Encore envie de vous entraîner, mess... heu, monsieur ?

    C'était un des hommes de Sombeval qui avait saisit l'arme d'entraînement. Evidemment, il avait reconnu Karl, et avait comprit qu'il fallait rester discret sur cette identité. Mais il y avait des réflexes durs à oublier, comme celui de donner de "messire" à un membre de la famille régente.

      • Mardi 12 Mai à 19:44

        (ahhh non quel chantage puissant ! quelle arme fatale ! Je ne dirais rien je vous le jure ! ) 

    211
    Mardi 12 Mai à 19:42

    Karl le regarda partir et attendit le prochain. Lorsque celui-ci s'avança, il reconnu les couleurs Sombreval et ressentit un contentement nouveau. Il allait entrainer un des siens et allait surement se montrer moins indulgent. 

    En entendant le début de Messire, Karl avait haussé les sourcils. Pitié non, pas une gaffe aussi vite ! Heureusement, l'homme se reprit très vite et le visage du jeune Sombreval se détendit légèrement. Il le remercia du regard, ne sachant s'il devait le punir lors du combat ou au contraire lui faire grâce. Au final, il ne se voyait faire ni l'un, ni l'autre et passa très vite pour ne pas focaliser l'attention sur la phrase maladroite de son nouvel adversaire. 

    - Le soleil sera fatigué avant moi ! Rétorqua t-il en fronçant le nez. Qui donc sur terre se fatiguait si vite ? 

    Et quand la guerre éclatera pour de bon, tous ces hommes allaient devoir affronter plus de deux ennemis ! Pendant une après-midi entière, si ce n'est pas une journée complète. Si Karl devait être arrêté sur le champ de bataille, ça ne sera surement pas par manque d'endurance ! Si l'armée de Sombreval devait être arrêtée, ce ne sera pas par manque de souffle ! Il voulait être fier de leurs hommes. 

    Il se prépara sans adopter la même manière que précédemment. Ne jamais reproduire les mêmes techniques ou ses prochains allaient avoir le coup d'avance. Il se mit donc en position défensive et attendit d'être rejoins. 

    212
    Mercredi 13 Mai à 18:44

    Le soldat se plaça face à Karl, moyennement rassuré malgré tout. Avoir vu juste avant deux adversaires se faire battre par son adversaire n'était pas du genre à donner confiance. Mais il fit simple et se mit en garde.

    Plus fluet que l'homme de Boiscendré, il portait la tenue noire et rouge de Sombreval. Il avait des cheveux courts, bruns, et un visage plutôt jeune. Malgré son doute apparent, il avait dans le regard le détermination de se battre : il savait qu'il allait perdre mais il comptait vendre chèrement sa peau. (merci l'escrime avec les gros vétérans où tu sais que tu ne peux pas gagner mais que tu veux sauver les meubles. Sentiment que je connais bien. XD)

    213
    Jeudi 14 Mai à 13:54

    (hahah j'imagine ! Mais c'est de la triche ! tu connais le combat à l'épée toi ! moi j'improvise en essayant de rester logique !) 

    Karl avait détaillé le jeune. Ils avaient surement le même âge et malgré son corps peut imposant, le jeune Sombreval ne le sous estima pas : un tel corps pouvait rymer avec souplesse et rapidité. Des atouts qui faisaient la force principale de Karl. 

    Il le regarda et attendit de le voir attaquer, évidemment, mais ne le voyant pas spécialement confiant quant à l'attaque, il lui fit grâce d'engager le combat (lol). Il s'approcha alors en envoya une attaque plutôt simple : un tranché (en mode revers) qui permettait à son adversaire de le contrer. Cependant Karl ne lançait pas une attaque si bête s'il n'avait pas une idée derrière la tête, en espérant que la défense soit basique.

    214
    Vendredi 15 Mai à 11:53

    (Ouaiiiis... Mais c'est pas pareil... A l'escrime c'est le premier qui touche qui as le point, tu t'en fiches si l'autre te touches derrière, donc tu prends plus de risques. Que là même si tu touches l'autre une demi seconde avant, il peut te transpercer dans son élan. Et puis essaye de donner un coup de pied à ton adversaire à l'escrime, je ne suis pas sûre que l'arbitre laisse passer. XD)

    Le jeune soldat était prêt. Il vit arriver l'attaque, para et tenta une riposte dans le même mouvement. Les heures d'entraînement dans la cour de la Forteresse Noire avaient payé : c'était presque un réflexe de tenter une contre-attaque après chaque coup paré. Il visait le bras de Karl, celui qui tenait l'épée : plus proche, nécessitant moins de s'engager pour porter le coup, mais pas mortel si il parvenait à toucher en vrai combat.

    215
    Vendredi 15 Mai à 13:35

    ( Ahah ! Vu comme ça ! Mais je continue à dire que tu as un avantage tout de même ! he  ) 

    Karl réagit à la contre attaque en réflexe. Il devait protéger son bras droit et, au vu de la situation, parer était impossible. Il ne pouvait espérer qu'esquiver. Etant de face, il pivota rapidement le buste de manière à repousser tout son côté droit en arrière. Cependant, il mettait tout son buste en danger et ne se le permettait pas. Dans son même mouvement, il lança son épée dans sa main gauche et la réceptionna. De cette manière, il put la glisser à la verticale entre lui et l'épée adverse. 

    Karl n'était pas ambidex naturellement, il s'était beaucoup entrainé pour améliorer son contrôle de main gauche. Au début, en simple précaussion : Si en combat réel, son adversaire faisait ce même genre d'attaque et lui blessait le bras, il ne voulait surtout pas s'affaler et accorder sa défaite. Il avait donc beaucoup chercher des parades de la main gauche. Elles se devaient être efficace pour repousser son ennemi immédiatement. 

    Son mouvement faisait donc parti de son répertoire, même s'il avait moins d'aisance. 

    216
    Vendredi 15 Mai à 21:44

    (J'en parle de l'Aikido moi ? tongue

    D'ailleurs, si l'escrime médiévale ressemble un tant soit peu à l'escrime moderne, une position de garde est naturellement de profil, justement pour laisser moins de surface à toucher à l'adversaire. Après je suppose que pour les soldats portant de boucliers la posture est différente.)

    Le soldat fut particulièrement surprit de ce mouvement osé. Maintenant, non seulement il était en danger par rapport à l'arme adverse, mais il fallait qu'il revoit toute sa garde. Il voulu battre en retraite en reculant précipitamment, laissant tomber toute idée de le toucher sur cette prise de fer. 

    217
    Mardi 19 Mai à 12:31

    (shocked hééé c'est pas moi qui fait de l'Aikido d'abord ! c'est ma sœur, elle n'a commencé que depuis cette année ou l'an dernier, je sais plus. Et on en fait pas souvent. Donc… ça compte pas ! Pas trop…. pas vraiment trop… 

    OK ! Tu as gagné sarcastic Tu n'es pas en position de triche… pas trop… pas vraiment trop…) 

    Bien sûr, le retrais ! Et laisser tomber toute possibilité de le frapper ? Jamais ! Karl ne refusa donc pas de laisser la distance se creuser et accompagna le mouvement, comme une danse. Seulement, il avança bien plus que son adversaire ne recula. Il lui marcha sur le pied (bon ça encore…) et se servit de sa main droite, libre, pour lui envoyer un coup de poings dans le ventre en pivotant le torse et en passant son bras en dessous du bras gauche. Celui-ci servait toujours à maintenir l'épée, en position de blocage, de bouclier. 

    Son coup n'avait pas été spécialement fort. Déjà car sa position l'en empêchait. Il restait bloquer par son bras gauche et ne pouvait donc pas se servir de tout son corps pour ajouter de la force. De plus, ce n'était pas son but. Si son adversaire ne poussait qu'un petit suffoquement, il s'en contenterait. 

    D'un air malicieux, il releva la main droite dans le champ de vision de son adversaire et découvrit le couteau, prit préalablement, furtivement, après son changement de main. Il l'avait frappé avec son dos de main (afin de ne pas le blesser) mais lui fit bien comprendre qu'en vrai combat, la lame se serait enfoncée dans sa chaire (s'il ne portait pas d'armure). 

    Puis, très vite, avant que les spectateurs ne s'en rendent compte, Karl rangea le couteau et battit en retrait avant que l'autre ne profite de la proximité pour lui envoyer un coup également. Il reprit une bonne distance, changea son épée de main afin d'avoir à nouveau de la souplesse et de la rapidité dans ses coups, et attendit

    218
    Mardi 19 Mai à 16:33

    Le jeune soldat n'avait rien pu faire, à part subir l'assaut de Karl jusqu'au bout. Encore sous le choc de son coup au ventre, il étouffa un hoquet en apercevant le couteau dans la main de son adversaire. Qui le rangea juste après. Mais alors... ? Il comprit avec une seconde de retard que cette même lame aurait pu s'enfoncer à la place de son poing dans les chaires de son ventre. Il pâlit légèrement.

    Karl reprit de la distance et se remit en garde, signe que le combat continuait malgré tout. L'homme se mit à nouveau en position défensive, prêt à réagir, mais il lui fallu de longues secondes pour réunir tout son courage et se sentir à nouveau prêt à défendre son honneur. Visiblement le Sombreval ne comptait pas attaquer, c'était à lui de passer à l'offensive. Le combat précédent avait montré qu'une attaque simple ne menait à rien face à un épéiste aussi chevronné (sans surprise). Le soldat opta donc pour une attaque en deux temps assez classique à l'entraînement : feinte à la cuisse, prêt à dégager pour déplacer son attaque vers le haut en cas de parade adverse.

    Et puis avec cette attaque, il ne s'avançait pas trop immédiatement. Il pouvait encore battre en retraite si il prenait à Karl de faire quelque fantaisie. Car son coup précédent l'avait déjà bien refroidit.

    219
    Mardi 19 Mai à 17:43

    (hé au faite ! J'ai rêvé, cette nuit, qu'on se bataillait toutes les deux à l'épée de bois. Tu me mettait une sacrée raclée ! C'était trop bien) 

    Karl nota ce choix. Le coup n'était pas porté au buste, surement avait-il prit compte de son commentaire précédent lorsqu'il avait combattu son deuxième adversaire. La cuisse était un endroit qui bougeait peut rapidement comparé aux autres. Toucher la taille était pas mal, mais il suffisait d'un petit déhanché pour éviter (bien que très déstabilisant). Toucher le tibia était compliqué car il avait la possibilité de le bouger rapidement. Or la cuisse était l'entre-deux. Le déhancher ne suffisait pas à se dégager et l'esquive en bougeant toute la jambe était moins rapide que le simple fait de bouger son mollet. Il fallait prendre gare à son équilibre et ses appuis. Il était également trop bas pour être paré facilement. 

    Le jeune Sombreval n'avait autre choix que de dévier l'attaque le plus fort et rapidement possible, et d'esquiver en même temps. En toute logique, le coup ayant un angle inférieur à 90° par rapport au sol, le poids du corps de son adversaire devait aller vers l'avant, vers le bas. Karl suivit cette logique et frappa l'épée attaquante vers le bas. Juste assez, avec la vitesse de frappe de son adversaire pour atteindre le début du mollet. Dévier l'attaque de très peu, juste en dessous du genoux, certes, mais juste assez pour pouvoir plier (presque en même temps) le genoux et éviter de justesse l'attaque. Tellement de peu que la pointe de l'épée adverse le toucha. Cela lui aurait valu une entaille plus ou moins profonde (heureusement pas assez pour le stopper dans son combat.) Un quelque peu déstabilisé, il rebaissa très vite le pied, non pas à côté de l'épée mais dessus. Profitant de son déséquilibre pour appuyer dessus et espérer faire toucher la pointe au sol. Une fois celle-ci par terre, son adversaire ne pouvait plus faire d'attaque horizontale et lui trancher l'autre jambe. 

    Un sourire crispé était à nouveau apparu sur son visage. Il aimait la difficulté et là, ce jeune intrépide et agressif lui en offrait. Il en aurait une goutte de sueur si sa jambe avait vraiment été mise en danger. Ah ! Il le remercierait à la fin du combat ! Ca c'était un combattant de la garde Sombreval ! Que les sauvageons de Brumécorce en prenne de la graine ! 

    220
    Mardi 19 Mai à 18:51

    ("Tu me mettais une sacrée raclée ! C'était trop bien." Dixit Fidaè, 2020.

    Mais c'est un honneur que d'habiter tes rêves ! Je me demande quand même à quoi je ressemblais... )

    Le soldat avait compté dégager sa lame après la parade pour attaquer sur le haut, mais la défense de Karl ayant été maladroite, il profita de sa chance pour pousser son attaque jusqu'au bout et toucher la jambe. Ce n'était pas grand chose, tout juste le frôler, mais c'était déjà quelque chose pour le jeune homme.

    La suite fut moins glorieuse, puisque Karl le força à pointer son bâton vers le sol et accentua se mouvement avec son pied.

    Ce n'était pas particulièrement réglementaire, mais le jeune homme avait bien comprit que rien n'était réglementaire avec Karl. De toute façon, dans une bataille, il n'y avait pas de règlement. Laissant la pointe de sa lame près du sol, il pivota latéralement sur la droite de son adversaire, près à lever son bâton dès que possible pour s protéger à nouveau.

    221
    Mardi 19 Mai à 20:18

    (ahah ! he le rêve en lui même était trop bien ! 

    Oh! Vous n'étiez pas vilaine! Tu était même jolie ! Tu n'étais pas très grande. Je crois que j'était plus grande (ça c'est l'habitude de mon cerveau. Toutes mes amies sont petites (1m60-63 en moyenne et moi je frôle les 1m69 pour ne pas dire que j'y suis. )) Tu étais brune avec des reflets intéressants, tes cheveux étaient rabattus en queue de cheval et tu avais quelques mèches rebelles avec l'effort. Ton visage était plutôt fin, et tes prunelles noisettes. On peut se dire que c'est un physique banale mais je peux t'assurer que tu étais jolie. On était vêtue d'habilles médiévales et mon cerveau n'a absolument pas prit la peine de faire un décors… Que nous deux, nos épées de bois et le combat qui faisait rage. Les mouvements étaient plutôt bien détaillé, pour ce que je me souviens. Tu as fini par une belle parade qui m'a mit les quatre fers en l'air. Non, j'ai mangé le sable plutôt. Je me suis réveillée sur cette belle note qu'étaient nos rires. Voilà. Merci beaucoup pour cette nuit !) 

    Karl ne paraissait pas daigner lui rendre son arme. Bien au contraire, il mit plus de poids dessus, comme pour l'obliger à lâcher l'épée, ou lui courber le dos, ou juste l'empêcher de la retirer facilement. 

    Ensuite, son adversaire se déporta à droite. Karl tenait son épée de la main droite, son pieds appuyant sur l'épée était le droit. Non vraiment, après tant de difficulté il ne put s'empêcher d'être déçu. Il se pencha rapidement vers lui, appuyant plus, tendis le bras et lui toucha le cou, à la jugulaire droite (celle était la plus près). La précision était remarquable car il toucha juste assez pour donner la douleur respectable à la punition sans vraiment causer de grosse douleur à cet endroit sensible. Assez pour être sentit et pour être comprit : une vraie lame, à peine plus d'effort et il lui faisait pisser le sang. 

    Cette position, bien que rapide, avait trop d'appuie sur l'épée. Si son adversaire ne mourait pas et bougeait vivement l'épée, il aurait été déstabilisé et aurait put faire face à une riposte cinglante. Or, sa précision ne lui laissa pas de doute. 

    - là, tu es mort. conclu t-il gravement. 

    L'épée avait émit un craquement bref lors de son assaut. Il lui libéra et lui sourit. Non vraiment, il avait été en réelle difficulté à deux reprises durant ce combat et était fier de ce soldat de l'armée Sombreval. Il avait de la ressource. 

     

    (je me permet de me défouler un peu avec Karl et trouver des parades difficiles mais c'est parce qu'il est sensé être super fort. Avec un autre personnage, ton homme aurait gagné...) 

    222
    Mercredi 20 Mai à 16:11

    (*_* Moi aussi je veux des rêves comme ça ! Allez, rendez-vous ce soir minuit dans l'inconscient !

    En plus... ton image n'est pas si loin de la réalité. Couleur des cheveux, des yeux, coiffure que je me fais la plupart du temps... même la taille n'est pas très loin. C'est fou !)

    Le soldat comprit que cette fois, c'était bien fini. Il se redressa pour étirer son dos crispé de stress et fit quelques pas pour se remettre de ses émotions, le bâton toujours à la main, avant de se retourner vers Karl.

    - Bravo monsieur. Vous avez gagné.

    Sans surprise. Cette fois, le soldat avait retenu la leçon et pas recommencé sa bêtise d'avant le combat. Il s'apprêta à faire passer le bâton à quelqu'un d'autre, car il doutait que le jeune Sombreval soit encore repu de violence.

    (Haha, bien évidemment ! Il fallait donner un peu de difficulté sinon ce n'est pas drôle, mais l'issue de ce combat était vue d'avance. wink2)

    223
    Mercredi 20 Mai à 17:18

    ( D'accord je ferais le maximum pour être présente ! he 

    Waaa trop bien ! *-*) 

    - Tu t'es bien battu, complimenta Karl, tu es rapide et tes réflexes sont bon. 

    Il s'approcha de lui et lui tendit la main, comme pour lui serrer. Un geste de remerciement pour le combat. Le jeune Sombreval avait été mit en difficulté, plus d'une fois. Il avait été touché. Rien que pour ça, ce combattant méritait d'être encouragé : 

    - Entraine toi bien, tu peux vite devenir redoutable. (puis, il ajouta tout bas) et tâche de faire honneur aux sombreval : ne soit plus jamais coincé dans un combat car ton épée est bloquée. Les couteaux, bien que petits, sont des alliés de taille. 

    Logique fourbe, il pouvait bien l'accorder. Mais quand la vie était en jeu, seule la survie importait. Et tous leurs combattant devaient avoir cet état d'esprit s'ils voulaient avoir augmenter leurs chances de gagner la possible future bataille contre le roi. 

    Toujours souriant, il s'éloigna à nouveau et attendit le prochain

    224
    Mercredi 20 Mai à 19:56

    (Si ça pouvait être aussi facile... 

    M'en fout ! On tente quand même ! Yaaaa !)

    Le soldat hocha d'abord la tête pour remercier son adversaire et accepta la poignée de main. Il avala sa salive sur la seconde phrase ajoutée à voix basse, conscient de l'importance de cet aparté. Savoir si il pourrait l'appliquer était autre chose, mais après ce qu'il venait de subir ce conseil restait gravé au fer rouge dans son esprit.

    Il passa le bâton à un nouveau combattant, de Boiscendré à nouveau. Un peu plus vieux que lui, il avait les cheveux blonds et la mâchoire carrée. Il était de grande taille et on devinait une forte carrure sous ses vêtements de fonction. "Bonne chance quand même", songea le Sombreval avec amertume.

    225
    Samedi 23 Mai à 20:23

    ( Perso j'ai pas réussi :/ :'D) 

    Karl passa vite au suivant et analysa son nouvel adversaire. Il n'avait pas du tout le même physique que le précédent. Et se trouvait être même le stricte opposé. Karl allait donc adapter sa manière de combattre pour garder l'aventage. Lorsque le nouvel homme s'approcha, Karl se surprit à devoir lever un peu les yeux. Un rien, mais ceci en disait déjà long. Bizarrement, se retrouver devant une grande personne n'effrayait pas le combattant (dans l'insouciance du monde...qu'est ce qui l'effrayait vraiment ?) au contraire, il avait presque tendance à s'en réjouir : normalement, cet adversaire allait avoir des attaques hautes. Les esquives du buste étaient de loin les mieurs réalisées de la part de notre Sombreval.

    Son regard se transforma. S'il avait eu une once d'empatie il y a quelques secondes, ceci était déjà bien vite oublié. Son sourire, il y a tout juste à la limite de la bienveillance, redevint à la limite du malsein. 

    Toi. Je te mets au tapis dès la première contre attaque. se jura t-il.  Une envie soudaine... Karl aimait parfois prendre goût au combat et pouvait le faire durer volontairement. Mais cette fois, il ne voulait plus se faire trépigner. Le feu avait remplacé son sang. Que ca s'enchaine ! 

    Voir autant de volontaire le comblait de joie. Comme un enfant, il s'imaginait trépigner et sauter. Un zébulon intérieur. 

     

    Krysta avait assisté au précédent combat. On lui avait fait place plus que respectable dans le petit rattroupement. Granbleu et Wood étaient à ses côtés. Elle n'avait jamais vraiment vu Karl se battre. Se défouler contre un homme de paille, oui, envoyer des coups tous plus forts et plus violants les uns que les autres. Elle avait déjà eut des échos de la manière dont Karl s'entrainait dès qu'une bonne âme acceptait de le défier. Mais jamais elle ne l'avait vu de ses propres yeux. C'est pourquoi elle n'avait pas hésité à se joindre à l'attraction du soir et elle n'était pour le moment pas déçue. Darkus tenait-il autant à sa sécurité pour lui laisser son propore neveux ? (pauvre Krysta...c'est dur de ne pas avoir toutes les cartes en main pour tirer de vraies et bonnes conclusions....) c'était touchant.  Les Sombreval étaient des biens meilleures personnes que certaines familles ! 

    226
    Dimanche 24 Mai à 15:11

    (Moi non plus -_-')

    L'homme fit quelques moulinet avec e bâton comme pour tester son équilibre, et se plaça en garde face à Karl. Peu bavard, il ne prononça pas un mot avant de se mettre en mouvement, n'attendant pas non plus de vérifier que son adversaire était prêt.

    Il avait commencé par un tranché en diagonale, de bas en haut, vers le buste du jeune homme. Il maniait d'ordinaire une épée plus longue et plus lourde, mais pour l'entraînement il allait se satisfaire du simple bâton. On ne faisait pas le difficile.

    (Ha wi... De très bonnes personnes. De vrais Saints même. Tu ne pourrais pas tomber plus juste, brave Krysta... )

    227
    Mardi 23 Juin à 15:57

    (recoucou ici :/ ^^"" ) 

    (perso, même si Karl n'est pas prêt d'en avoir marre, moi j'ai ma dose. On peut passé à la deuxième phase préparée par les hommes de Karl après cet adversaire ^^) 

    Karl comprit très vite l'attaque de son nouvel adversaire (et s'amusa au passage de le voir attaquer si rapidement. Surement pour essayer de le prendre de cour) . Non, non, non ! Il n'a tout de même pas osé utiliser cette attaque si lente et prévisible ?! Si facile à contre-attaquer !  

    Bien décidé à en profité pour lui faire manger la poussière en un seul coup, Karl ne perdit pas sa concentration et ses réflexes. Dans un premier temps, il épousa la trajectoire de l'épée adverse de manière à l'esquiver sans reculer. Lorsque celle-ci, en trajectoire montante, fut assez haute, Karl (penché à peine en arrière), pivota le buste en avant de manière à passer rapidement dessous. S'aidant d'un bon pas sur le côté opposé à l'épée, il passa sur le flanc de son adversaire. 

    Durant son esquive, il avait préparé sa poigne sur son épée. Ainsi, en se redressant, son bras suivit le mouvement et la pointe de son épée toucha le cou de l'ambitieux soldat. Avec une épée de fer, et la volonté de tuer, la gorge aurait été tranchée. 

    Karl suivait un principe : ne jamais perdre d'énergie inutilement. Cette esquive lui donnait l'élan nécessaire et le rapprochement plus que suffisant pour porter une contre attaque rapide et efficace. Chose faite. 

    Il lui aurait bien expliqué quelque chose... mais étant un soldat de Brumécorce, il ne dit rien. En attendant, il s'énerva intérieurement : C'était quoi ce choix d'attaque ?! Tu as une épée de bois dans ta main ! C'est aussi légé qu'une plume ! Cette attaque là, elle convient quand tu as une lourde épée, qui ne te laisse d'autre choix que de la prendre des deux mains ! Et tu le fais quand tu as un adversaire à moitié KO, chancelant, qui porte une grosse armure ! Tu m'as regardé ?! Regarde moi ! Je suis tout frivole là ! J'ai autant de souplesse que si j'étais à poil ! (hum... oui... Merci Karl ouch)Enfin.. Sans armure quoi. C'est la première attaque qu'on apprend à esquiver en plus ! 

    Ca aurait été un de Sombreval, il l'aurait surement sévèrement puni. Il lui aurait asséné un coup de manière à lui faire regretter cette erreur. Mais devant les yeux de la douce Krysta, il préféra dévisager l'homme de son regard percent tout le long de ses songes. 

    Mais....piouf ça faisait du bien ! Il était requinqué ! 

    Pour autant, il ne baissa pas sa garde. L'homme avait essayé de le surprendre une première fois. Il pouvait, dans un élan de frustration, essayer de le toucher une seconde fois. 

    - Suivant. fit-il calmement. Son air était sombre tout en gardant des traits joviales. 

    Un vrai Sombreval. Se dit Krysta en souriant bêtement. 

    228
    Mardi 23 Juin à 17:00

    (Ouaip, je suis d'accord. J'ai bien envie de voir ça. Je ne sais même plus ce que j'avais en tête avec ce type de toute façon.)

    Le soldat fut prit de court par la rapidité de la riposte et grommela un genre de grognement en réponse à sa défaite. Si il avait eut une vraie arme, un bon gros truc lourd avec une VRAIE allonge, cette anguille en aurait eut pour son grade. Mais là... tant pis. Il avait vu ses camarades avant se faire laminer de la même façon, son estime personnelle n'en avait pas prit un trop gros coup. N'empêche que la manière du jeune homme de se pavaner derrières ses capacités martiales... l'énervait au plus haut point. Il n'insista pas et retourna avec les autres hommes de Boiscendré.

    (Du coup on ellipse quelques autres combat où Karl met une jolie pâtée aux soldats, et je te laisse faire ?)

    229
    Mardi 23 Juin à 17:47

    (yep. 

    Viii il se pavane he mais quel frimeur sarcastic)

    Karl enchaina quelques autres combats. La difficulté variait suivant les hommes rencontrés et leur technique toutes différentes. Il mettait plus ou moins de temps en fonction de sa rapidité d'adaptation. 

    Vers la fin, on le voyait ouvrir la bouche de temps à autre suivant l'air dont il avait besoin. Son front s'humidifia et ses coups se firent de plus en plus fort. Toujours aussi précis, mais avec bien moins de retenue. 

    - Il s'énerve. Nota Wood à Granbleu (et accessoirement à Krysta) lors de son combat contre un chevalier de Sombreval. 

    - Il fatigue. Rectifia Granbleu. 

    - Il serait temps ! 

    - Dame Krysta, ne vous languissez-vous pas de voir ces combats ? 

    - Non Messire. Si je n'ai pas une analyse aussi poussée que la votre, j'y trouve mon compte. Dites voir... On dit parfois que la technique de combat d'un homme en dit long sur sa personnalité. Est-ce vrai ? 

    - Parfois. La plupart des hommes se battent comme on leur apprend, répondit Wood, mais quand un combattant à assez d'expérience pour se faire une opinion lui-même, cela peu s'avérer véridique. 

    - S'applique t-elle dans ce cas ? 

    Wood eut un temps de réflexion, comme s'il analysait pour la première fois le combat de Karl. Au final, il ne savait pas. Karl pouvait être tout et son contraire. Bien sûr, il avait toujours un fil directeur mais suivant les situations, il réagissait trop différemment pour avoir une réponse claire. Si en combat il n'était pas direct pour un sous, et faisait preuve de fourberie, il s'avérait très franc et peu enclin à faire preuve de pitié dans la vie quotidienne. Et d'un autre côté tendre avec Idylle, et surement Baguè bien que celui-ci ait une éducation plus ferme. 

    - Je n'en sais rien. Avoua t-il. 

    Le jeune Sombreval termina le combat de justesse cette fois, s'essuya le front et s'ébouriffa les cheveux. Petit air fripon. 

    - Bien. Très bien. Tu es l'un des meilleurs. J'arrête sur cette belle note. 

    (et moi j'ai pas le temps de finir. A toute !)

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :