• Bourg Ecarlate

    Bourg Écarlate... drôle de nom pour une ville grise entourée de rocs noirs ? Et drôle de lieu pour construire une ville que le fin fond d'une région inhospitalière et aride ? En fait, cette petite ville est à l'origine une mine. Une mine de rubis, découverte il y a 5 siècles de cela. La principale source de revenus de Sombreval, d'où la garnison presque aussi nombreuse qu'à la forteresse même.

    Les habitants sont pour la plupart mineurs, marchants, ou soldats. Les habitations toutes construites autour de la mine, des galeries arachnéennes qui forment tout un réseaux sous la ville et ses alentours.

     

    Les mines

    Au Rubis Scintillant


  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:19

    Alex rentra en premier dans la ville... assez méfiant mais enfin, s'ils pouvaient trouver à manger.

    Leya suivit Ester, boitante mais aucune plainte ne se dégageait d'elle.

    2
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:21

    Ester suivait de près Alex. Shihab, qui gardait son instinct de griffon, restait sceptique devant le fait qu'ils puissent trouver de la nourriture ici.

    "mais si, voyons. Si des gens habitent là, ils ont forcément à manger"

    le griffon fut bien obligé de s'incliner devant la logique du raisonnement.

    3
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:26

    Le jeune homme chercha une auberge... un hôtel...un restaurant... un bar... quelque par ou manger quoi !

    4
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:27

    (tu veux que je mette un lien ? Un truc bien miteux j'imagine...)

    5
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:28

    (peut importe, je sais pas se qu'il y a ici moi.)

    6
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:30

    (on va faire un petit truc quand même....)

    7
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:32

    (va y alors)

    8
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:40

    (ok, je l'ai fait)

    - Là, ce n'est pas une auberge ? "Au Rubis Scintillant" qu'elle s'apelle...

    9
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:40

    (oui, désolé j'ai vu que tu avais poster l'article donc j'ai mit...)

    10
    Vendredi 3 Mars 2017 à 18:42

    (oui, j'ai vu, parfait)

    11
    Jeudi 11 Mai 2017 à 22:24

    Karl rentra dans la ville sur le dos de sa jument, Idylle. Il trouva assez vite la petite auberge et descendit en un saut mesuré et rentra dedans, laissant son destrier à l'entrée. (Je fais l'interieur, Mais du coup c'est qui qui fait le réceptionniste ?) 

    12
    Vendredi 12 Mai 2017 à 07:04

    (Si tu te sens seule, je peux le faire. Si tu préfères tout faire d'une traite pour aller plus vite, y a pas de problème.)

    13
    Vendredi 12 Mai 2017 à 10:08

    (Bonbah nan c'est bon je vais faire xD) 

    14
    Vendredi 12 Mai 2017 à 15:54

    Karl resorti peu de temps apres, il donna une petite tape amicale a sa jument et la prit par les reines pour l'emmener dans les ecuries.

    15
    Dimanche 25 Mars 2018 à 14:41

    (j'avais fait un super long texte pour leur arrivé !!! j'en ai marre ! ça faisait 3/4 d'heure que j'étais dessus alors que j'ai encore des devoirs à faire ! Merde quoi ! c'est une grosse blague !? Bon... Je recommence ou pas ?... Ouais aller...heu... pas la force... si aller Fidaè, you can do it...mais j'abrège un peu) 

    les 5 hommes rentrèrent dans l'auberge et l'homme les acceuilla avec un sourire. 

    Il avait l'habitude que les voyageurs arrivent de nuit et veillait donc un peu avant de fermer pour la nuit. Il reconnu également facilement Karl et le salua avant de se tourner vers eux tous. 

    -Bonsoir messieurs, que puis-je faire pour vous ? 

    -Il vous faudrait une chambre de 5 lits et un repas pour ce soir. 

    -Et une écurie ? 

    -Oui. 

    L'aubergiste connaissait assez Karl pour savoir qu'il ne se déplaçait jamais sans cheval et qu'il était fort possible que les accompagnateur en avait aussi. 

    -Bien, retrouvez moi là-bas. 

    Ils ressortirent donc en empoignant les rennes de leurs montures pour ensuite faire le tour du batiment et rentrer. 

    Baguè reçut pour ordre de rester à l'exterieur, quelque chose qui dut prendre pour une garde car il s'assit bien droit et scrutait les alentours. 

    Idylle, elle, somnolait déjà sous les coups de bouchons amoureux de son cavalier une fois que la selle et le filet furent retirés. 

    Enfin, ils ressortirent et le tigre les suivit à nouveau. 

    Un chien les aboya, surement sans race, il ressemblait quelque peu à un malinois. Habitué, les hommes passèrent leur chemin mais Baguè se stoppa, ses poils se hérissèrent et ses griffes sortirent. Il siffla menaçant. 

    Karl perçut ce sentiment protecteur et bagarreur de son tigre, ça lui fit chaud au cœur de le voir avoir la griffe facile concernant son humain. 

    -Viens Baguè. Rappela t-il sans une once de dureté dans la voix, on contraire, elle témoignait se son sentiment de réconfort que le tigre lui avait procuré intentionnellement. 

    Ils rentrèrent à nouveau. L'aubergiste tiqua de la même manière que la première fois sur le tigre mais le regard du jeune sombreval le persuada de lancer une quelconque remarque. Le côté administratif se fit rapidement, les clefs furent donné et le repas servit. 

    -Pourquoi l'as tu pris ce tigre ? Demanda soudainement Robin. Le prénommé était couché aux pieds de son maitre, la tête sur les pattes.

    -Te rends-tu compte de l'arme qu'il ferait pour Sombreval ? Un tigre des prairie à une force tellement forte qu'il tuerait un cheval d'un coup de patte dans griffes. (Il vit alors la tête de Hull se décomposer, il ne savait surement pas ça sur les tigres habitants Herbedrue, Karl continua comme si de rien était) Et puis, j'ai "vu" sa mère se faire traqué, j'ai tenté de l'aider mais rien y fit, elle est morte. Je ne pouvait pas laisser un animal vouer à mourir.

    Granbleu sourit, il est vrai que le jeune homme était réputé pour son amour des animaux à la forteresse (en plus de son savoir faire martial) mais qu'au contraire, il pouvait faire souffrir un enfant et le regarder mourir de sang froid. Ce garçon avait vraiment plusieurs facette et il ne souhaitait pas voir celle qui faisait la réputation du tempérament de leur famille.

    Le reste du repas se fit dans une discutions anodine comme celle la, pas assez intéressante pour la raconter.

    Enfin, alors que le sommeil plombait les 6 êtres, ils rentrèrent dans leur chambre et s'affalèrent chacun sur un lit, Baguè se coucha à côté du lit, au niveau du ventre du jeune homme (pour dire qu'il n'est pas au pied du lit) pour recevoir les caresses de son petit d'homme (nouvelle petite référence, je m'amuse toute seule... Bref) avant que celui-ci ne s'endorme. 

    (tu me dis dès que je peux faire le matin) 

     

    16
    Dimanche 25 Mars 2018 à 15:36

    (Quand tu veux !)

    17
    Dimanche 25 Mars 2018 à 15:44

    (okay, après le ménage et la fin de devoir alors) 

    18
    Dimanche 25 Mars 2018 à 15:47

    (T'inquiètes... Déjà que ça doit être hyper rageant d'avoir tout perdu. >_<)

    19
    Dimanche 25 Mars 2018 à 16:02

    (olala... il m'a fallut un petit temps pour souffler et ne pas frapper mon ordi et avoir le courage de recommencer...) 

    20
    Dimanche 25 Mars 2018 à 17:47

    (J'imagine bien... Avec mon ancien ordinateur ça m'arrivait souvent, mais pas au point de perdre 3/4 d'heure en une seule fois.)

    21
    Dimanche 25 Mars 2018 à 18:31

    (il est vrai que je mets du temps à écrire... Pour te dire que j'avais cherché à faire un truc détaillé et tout...)

    22
    Dimanche 25 Mars 2018 à 19:53

    (Oui, je comprend. Si ce que tu as fais là était "un résumé", je peux facilement me faire une idée de l'original... et de ta rage.)

    23
    Lundi 26 Mars 2018 à 08:18

    (c'est reparti.) 

    Un coq poussa son cri au petit matin, ce qui eu dont de faire sursauter l'adolescent. Il aurait bien grogner la dessus mais le fait que les espions ne soient pas loin l'obligeait à se tenir digne afin de ne pas se decredibiliser. Il s'assit donc et regarda autour de lui. Le soleil se levait seulement, ils devraient pouvoir rejoindre la forêt dans la nuit... 

    -debout. On a de la route. 

    Sur ce, il se leva et tira de son sac un morceau de pain et un de viande, qu'il donna à Naguère, déjà debout près de la porte. 

    - C'est fou comme tu grandis chaque jour. Remarqua le jeune homme en se rendant compte qu'il lui arrivait maintenant au genoux. 

    Il se dit qu'une fois que ce petit arrivera au milieu des cuisses, il sera à la moitié de sa taille. Et donc adolescent jusqu'à sa taille adulte. 

    Une caresse le temps que Wood, Granbleu, Rabin et Hull se lèves et les voilà parti. 

    Dans le hall, Karl redonna les clefs, remercia l'aubergiste et ils repartirent dans les écuries. 

    Le bouchon passé, le cheval sellé, le cavalier sur le dos, et la sortie du village. 

    Une nouvelle journée dans les plaines rocailleuses et sombres de Sombreval. 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :